C’est avec consternation que les habitants du Morne, Baie du Cap, St Martin et autres villages avoisinants ont constaté récemment que l’accès à l’ancien radier de Macondé était menacé. Pour cause, si d’un côté de l’ancienne route, en l’occurrence celle venant du Morne, un portail, cadenassé, a déjà été installé, depuis une dizaine de jours, deux colonnes en béton ont été érigées du côté de Macondé. Signe qu’un deuxième portail sera sans doute installé, bloquant ainsi totalement l’accès à l’ancien radier.
En colère, les habitants sont montés au créneau, soupçonnant le promoteur d’une carrière de corail des environs d’être à l’origine de la limitation d’accès à l’ancien radier. Une pétition a été lancée contre ce projet et les autorités informées. À ce stade, selon nos informations, la Road Development Authority (RDA) a émis une lettre au promoteur, l’intimant d’arrêter ses travaux. Les autorités devraient par ailleurs, à la demande des habitants de la région, en faire un espace qui servira également de lieu de détente.
“Létan li finn kas pon, li finn blok l’accès dimounn lor enn bout simé. Aster, li met laporte enn koté, ek pé rod met laporte lot koté. Li pa normal. Nou ousi nou éna droit”, déplorent plusieurs habitants. Un projet fait en catimini, selon eux, sans qu’aucune autorité ne délivre un quelconque permis. Or, l’ancien radier de Macondé, qui n’est plus utilisé depuis la construction en 2004 du nouveau pont, même si decommissionned, relève toujours du domaine public. Cependant, depuis deux mois environ, les habitants de la région, dont les pêcheurs qui utilisent cette voie pour aller chercher leurs appâts et poser des casiers de crabes, ainsi que les joggeurs, ont été pris au dépourvu un matin, en constatant un portail cadenassé, à la hauteur de la route venant du Morne.
Pont sectionné
Pensant que le terrain sur lequel se trouve l’ancien radier avait été cédé au promoteur de la carrière de coraux des environs, propriétaire également des terrains avoisinants, les habitants de la localité n’ont pas protesté. Mais la colère est montée d’un cran la semaine dernière devant le constat de l’érection de deux colonnes en béton, en bordure de l’ancien radier, cette fois à la hauteur de Macondé. “Trop, c’est trop ! On est en train de limiter nos déplacements”, s’insurgent les villageois, rappelant que de nombreuses personnes empruntent cette route.
“Auparavant les gens pouvaient marcher d’un bout à l’autre de l’ancien radier. Mais depuis que le pont a été sectionné, on ne peut faire que la moitié du chemin de chaque côté, autrement, il faut avoir un bateau pour traverser. À pied c’est impossible”, expliquent-ils. Et de se demander comment les habitants de Bois Nourri feront si, effectivement, l’accès est bloqué par un portail.
Alertées, les autorités ont effectué un constat de visu durant la semaine écoulée et après enquête, il ressort que les travaux effectués pour bloquer l’accès à l’ancien radier sont illégaux. D’où la lettre de la RDA — après consultation avec le ministère des Infrastructures publiques qui a tenu plusieurs réunions à ce sujet vendredi — au promoteur, lui demandant d’arrêter immédiatement ces travaux.
Démarche appréciée par les habitants de la localité qui ont profité de l’occasion, avec l’appui du député du N°14 Alan Ganoo, pour réitérer leur demande de 2005 d’un espace vert et de détente à Macondé. Demande que Alan Ganoo a transmise lors d’une réunion avec Anil Baichoo vendredi après-midi et qui sera prise en compte par le ministère des Infrastructures publiques.
Selon nos informations, les autorités, souhaitant, comme le réclament les villageois, préserver ce patrimoine, envisagent de puiser dans le Maurice Ile Durable (MID) Fund pour ce projet qui, outre un jogging track, servira également de site de repos pour les nombreux visiteurs de Macondé.