Pour résoudre les conflits perpétuels entre propriétaires de bungalows et pique-niqueurs et pêcheurs, le ministère de l’Environnement mise sur le dialogue. Lors de la première réunion de consultation que Raj Dayal a tenue, la semaine dernière, à Pointe d’Esny, il a exposé les différentes mesures visant la préservation de cette partie du littoral. Et dans la foulée, le ministre annonce un droit d’accès entre 6h et 18h à cette plage. Une mesure « totalement inacceptable! », s’indignent les habitants de la région et autres habitués de cette plage. « Pe rode limite nou droit d’accès. Pe rode tir nou droit civique », déplorent-ils. La mobilisation s’organise pour contrer cette mesure « farfelue. »
Les plages mauriciennes sont toutes publiques. Il n’existe pas de plages privées si ce n’est des plages qui ne sont pas « accessibles » aux pique-niqueurs. Ce, en raison des terrains loués à bail pour les campements ou les établissements hôteliers. Cependant, rien n’interdit à quiconque de passer devant les hôtels ou les campements. On ne peut, toutefois, pas rester longuement devant ces espaces privés. C’est ce qu’ont tenté de faire comprendre les propriétaires de bungalows de Pointe d’Esny, la semaine dernière, lors d’une réunion de consultation avec le ministre Raj Dayal, en présence des habitants de la région. Les propriétaires de bungalows se disent excédés de voir des membres du public s’installer sans gêne sur leur terrain alors qu’il s’agit d’un terrain privé.