Un plongeur indonésien est mort alors qu’il tentait de récupérer des débris humains des passagers du vol de Lion Air, qui s’est abîmé lundi en Indonésie avec 189 personnes à bord.

Syachrul Anto, 48 ans, était un bénévole de l’Agence de Recherches et de Secours, et est mort en cours décompression. « Il a été trouvé par d’autres membres de l’équipe qui ont pu le ramener à la surface et il a été placé en chambre de décompression », mais cela n’a pas suffi à le sauver, a déclaré samedi à l’AFP le chef de l’agence, Isswarto.

Il avait déjà participé aux recherches à Palu après le tremblement de terre et le tsunami de septembre et aux recherches de corps et de débris lorsqu’un vol d’Air Asia s’était abîmé en mer il y a quatre ans.

Les équipes de recherches sondent depuis lundi les fonds de la mer de Java, où a plongé le Boeing 737 MAX 8 de la compagnie à bas coût qui était entré en service il y a seulement quelques mois. Peu avant l’accident, l’équipage avait demandé au contrôle aérien l’autorisation de revenir à Jakarta, d’où il avait décollé une dizaine de minutes plus tôt.

Il avait pour destination Pangkal Pingang, localité de transit pour les touristes désireux de profiter des plages de l’île voisine de Belitung.

Jeudi, les secours avaient réussi à récupérer une des boîtes noires mais continuaient samedi à chercher la deuxième, celle qui enregistrait ce qui se passe dans le cockpit et qui pourrait permettre de comprendre ce qui s’est passé.

La compagnie a reconnu que l’appareil, un nouveau modèle, avait eu des problèmes techniques lors d’un précédent vol.

Les équipes ont remonté au moins 73 sacs contenant des restes humains, mais pour l’instant seules quatre victimes ont été identifiées.

Fondée en 1999, Lion Air est une compagnie low-cost qui opère en Indonésie mais aussi dans certains pays d’Asie du sud-est, en Australie et au Moyen-Orient. Elle a connu de nombreux soucis techniques et deux accidents graves : un crash en 2004 et une collision entre deux de ses appareils à l’aéroport de Jakarta.