Le Train Captain Gowtum Bhoobun (37 ans), qui conduisait le tram No 103 impliqué dans l’accident ayant coûté la vie au motocycliste Yannick Permal (27 ans), a déclaré aux enquêteurs qu’il a respecté toutes les procédures de conduite. Arrivé à la jonction de la rue Pope Hennessy, cet habitant de Tamarin dit avoir légèrement ralenti, même si les feux de signalisation lui donnaient priorité. « Robo pou mwa ti ver. Mo pann trouv motosiklet lor rel. Mo remark loto lor sime ti arete pou les metro pase. » Et d’ajouter qu’après avoir entendu un bruit à l’avant du tram, il a compris qu’il avait heurté quelque chose et ne se doutait pas qu’il s’agissait d’une personne. « J’ai activé le freinage d’urgence. C’est normal que le tram s’arrêtera quelques mètres plus loin », a-t-il déclaré à la police de Beau-Bassin.

Il est alors sorti et a compris qu’il avait en fait heurté une moto alors que la victime se trouvait sous les rails. « Monn alert imediatman sant kontrol (Operating Control Centre) ki finn fer apel a bann sekour. » Entre-temps, un policier qui se trouvait non loin de la jonction est venu le rencontrer pour noter les dégâts. Puis ce constable lui a dit qu’il serait emmené au poste de police de la localité pour sa propre sécurité, alors que la foule grossissait.

Gowtum Bhoobun a été testé négatif à l’alcootest dimanche soir et a été autorisé à rentrer chez lui. Hier, il a été inculpé sous une accusation provisoire d’homicide involontaire au tribunal de Rose-Hill. Il a dû s’acquitter d’une caution de Rs 10 000 pour retrouver la liberté. Il a par la suite participé à une reconstitution des faits pour expliquer les circonstances de cet accident. « Monn respekte tou bann prosedir », a-t-il déclaré aux enquêteurs. Cet exercice s’est déroulé sous forte escorte policière et aucun incident n’a été déploré sur place.

Pour leur part, les enquêteurs ont déjà pris contact avec l’Operating Control Centre pour visionner les caméras de surveillance qui, selon le Metro Express Ltd, auraient enregistré cet accident. À ce stade, la police privilégie la thèse que le motocycliste Yannick Permal n’aurait pas respecté le feu rouge en tentant de passer sur les rails avant l’arrivée du tram.

En plus, la police a entendu certains témoins qui ont confirmé ce fait.
Les funérailles du jeune homme ont eu lieu hier en l’église Saint-Jean. Auparavant, l’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin a attribué son décès à une lacération du foie et des intestins. Sa moto a été examinée par une équipe du Scene of Crime Office qui soumettra ses conclusions sous peu.

L’installation de barrières temporaires évoquée

Avec la pression qui pèse sur Metro Express Ltd (MEL), l’installation de barrières aux intersections du tracé du métro est d’actualité. Sauf que les responsables du dossier laissent entendre que ces installations devraient se faire sur une base temporaire. « La balle est dans le camp du gouvernement pour la marche à suivre », déclare-t-on en faisant état de «la soumission de plusieurs propositions sur l’aspect sécuritaire à l’hôtel du gouvernement dans les jours à venir ».

Des techniciens de MEL et du ministère de Transport public sont descendus sur le terrain hier pour déterminer les lieux appropriés où seront placées les barrières. Les autorités étudient également la modification de certains “road markings” pour éviter des accidents ou la possibilité de placer des feux de signalisation bien avant les rails.
Plusieurs options sont de mise, notamment l’installation de “raised-curbs” ou encore de “flashing lights”. L’on évoque aussi une possibilité que la police soit plus présente pour prendre des sanctions envers les récalcitrants. Il se peut aussi que des contraventions plus lourdes soient imposées à l’avenir. « Toutes les options seront soumises au gouvernement et la balle est dans le camp des décideurs », affirme-t-on. Pour l’heure, le passage piétonnier du côté de Gool à Beau-Bassin a été déplacé dans une tentative d’éloigner les piétons du tracé du métro.