Hier soir, le pronostic vital de Gérard Baya, âgé de 54 ans et grièvement blessé dans un terrible accident du travail dans la sucrerie d’Alteo Milling (anciennement FUEL), était engagé. Les médecins traitants de l’hôpital de Flacq soutenaient ainsi que les prochaines 24 heures seront cruciales pour cet habitant de Rivière-du-Rempart. Le soudeur a été amputé de sa jambe gauche, broyée dans la chaîne à bagasse dans la matinée d’hier, et a été placé sous respiration artificielle.
Une enquête du ministère du Travail et des Relations industrielles a été initiée depuis hier en vue de déterminer les circonstances de ce grave accident du travail survenu dans une sucrerie. Selon les informations disponibles, suite à une panne survenue jeudi, des travaux de réparations étaient en cours vendredi matin. Le soudeur Gérard Baya était occupé à des réparations sur la chaîne de bagasse, plus précisément au niveau du “kicker”, lorsque le drame est arrivé. Pour des raisons à être élucidées par les inspecteurs du Travail, cet équipement s’est en effet remis en marche, avec des conséquences désastreuses pour cet employé, qui n’avait pu quitter les lieux à temps. Son pied gauche a été pris dans l’engrenage avant que le signal d’alarme ne soit donné et la chaîne à bagasse stoppée.
Transporté d’urgence à l’hôpital de Flacq, l’ouvrier a dû subir une série d’interventions chirurgicales, les unes plus délicates que les autres. Cet ex-employé de Mon Loisir a été amputé de la jambe gauche et son état de santé est jugé très sérieux. Ses proches, avertis de l’accident par des collègues, sont dans un état inconsolable vu la gravité des blessures de Gérard Baya.
De son côté, Alteo Milling a fait ressortir, par voie de communiqué, qu’une enquête interne était ouverte pour déterminer les causes de l’accident. Dans ce sens, une équipe du ministère du Travail était sur les lieux du drame, la direction d’Alteo Milling travaillant en étroite collaboration avec les autorités. « Le management d’Alteo Milling, arrivé sur place immédiatement après l’accident, suit de très près la situation. Nous apportons notre soutien à la victime et à ses proches. Nous tenons également à rassurer les employés, présents sur place, que la situation est sous contrôle et que notre équipe a déjà ouvert une enquête en interne pour déterminer les causes de l’accident. Dans ce sens, une équipe du ministère du Travail était sur les lieux de l’accident et le management d’Alteo Milling travaille en étroite collaboration avec les autorités », note ainsi la direction d’Alteo.