Le véhicule de police accidenté et la victime, Rohit Gobin en médaillon

Le Central CID ne prévoit pas d’arrestation pour le moment dans le sillage de l’enquête sur un possible cas de non-assistance à personne en danger après l’accident impliquant un 4×4 de la police d’Eau Coulée à la station de service d’Indian Oil survenu le 26 novembre.

Une source proche de l’enquête avance que le dossier sera transmis au Directeur des poursuites publiques. « Nous attendrons les recommandations du DPP et s’il faut inculper tout suspect, nous le ferons », indique un haut gradé, qui précise toutefois que l’enquête ne se rapporte pas qu’au cas d’homicide involontaire auquel fait face le constable Ashfaar Domun (31 ans).

« Il y a deux enquêtes distinctes dans cette affaire. La première concerne les circonstances de cet accident, et la deuxième est en relation avec l’après-accident », précise le CCID.

D’ailleurs, une « special cell » au sein de cette unité travaille sur ce qui s’est passé après que le 4×4 de la police a heurté les pompistes Rohit Gobin et Daniel Lamarque. Cette équipe est déjà en possession de la bande-vidéo des caméras de la station-service d’Indian Oil.

Dans un premier temps, elle s’intéresse à ce qu’ont fait le constable Domun et son collègue car après l’impact, ils sont restés dans le véhicule de police pendant quelques minutes. Ils ont passé des coups de fil avant de sortir. Le CCID compte solliciter un ordre judiciaire pour savoir avec qui ces deux policiers ont pris contact.

Une source aux Casernes centrales avance que les enquêteurs sont dans l’attente de cette information. Dans sa version des faits, le constable Ashfaar Domun avait déclaré avoir pris contact avec un supérieur pour le mettre au courant de l’accident.

Alors que les pompistes gisaient par terre, un homme vêtu d’un t-shirt noir a arrêté la voiture dans laquelle il se trouvait sur l’autoroute en direction de Phoenix. Il a traversé celle-ci pour venir parler avec les deux policiers et les a emmenés à l’arrière de la station-service.

Le CCID dit avoir déjà identifié cet homme, qui serait un inspecteur de police. Ce dernier a attendu l’arrivée d’une voiture Toyota appartenant à une woman chief inspector pour ensuite inviter les deux policiers à prendre place à l’intérieur. Puis, l’homme en noir a quitté la station-service. Ses agissements intéressent les enquêteurs car il n’était pas en service. Les deux constables ont déclaré qu’ils ont été emmenés au poste de police d’Eau Coulée avant d’être transportés à l’hôpital Nehru pour des soins.

Or, la procédure veut qu’en cas d’accident, ce sont des policiers en service qui prennent en charge les protagonistes, et non un policier en civil. En plus, ils doivent être emmenés dans un véhicule de police ou dans une ambulance en cas de blessure, et non dans une voiture privée.

Sauf que les premières informations recueillies par le CCID laissent comprendre qu’il n’y avait aucun véhicule de police disponible car tous étaient pris par une marche organisée à Eau-Coulée dans le cadre de la journée contre la violence à l’égard de la femme.

« Nous enquêtons pour savoir pour quelle raison aucun véhicule de la DSU ou ERS n’est venu prêter main-forte dans ce cas en particulier », indique notre source au CCID. Des développements au niveau de cette enquête devraient intervenir prochainement.