Le couple Sewraj et Anne Marie Johanne Hanjary a eu gain de cause contre Dream Transport Ltd, à qui il réclamait des dommages. Un camion de cette compagnie avait percuté leur véhicule en stationnement, blessant grièvement Sewraj Hanjary. La juge Nalini Devat a conclu que cet accident relève de la faute du chauffeur de Dream Transport Ltd et a sommé celle-ci de payer des dommages de Rs 948 000 au couple.
Sewraj Hanjary se trouvait dans un camion en stationnement quand est survenu l’accident. Dream Transport Co Ltd, le propriétaire du camion impliqué, avait nié toute responsabilité. Ce jour-là, un camion de cette compagnie revenait de Mare-Chicose. En arrivant à Midlands, le chauffeur devait réaliser que les freins ne fonctionnaient plus et le véhicule commençait à perdre sa stabilité sur la route. Son camion a alors percuté un autre camion garé sur le côté gauche de la route et il s’est évanoui.
Lors du contre-interrogatoire, le chauffeur a été confronté au fait que ce jour-là, il avait appelé le propriétaire de la compagnie pour l’informer que le camion avait des problèmes. Bien que ce dernier lui eut interdit d’effectuer une quelconque réparation sur le camion, il avait tripoté la partie mécanique du véhicule et c’est ce qui a causé l’accident, selon les plaignants.
Selon la version du chauffeur, c’est en essayant d’éviter un 4×4 qui était garé sur le côté droit de la route qu’il a perdu le contrôle de son véhicule, qui a commencé à zigzaguer sur la route. Il a essayé d’appliquer les freins mais c’était trop tard. Il a nié avoir eu des problèmes avec les freins de son camion alors qu’il était arrivé à Midlands.
La juge Nalini Devat a conclu que cet accident relève de la faute du chauffeur de camion de Dream Transport Ltd et l’a sommée de payer des dommages de Rs 948 000 au couple Hanjary. « The plaintiffs have averred in their plaint with summons that the accident was due to the faute of the lorry driver in that latter was driving either recklessly or without due care and attention or at too high a speed. This is what the plaintiffs had set out to prove in their pleadings. However, the testimony of plaintiff no. 1 in court did not bear out those averments. In fact, plaintiff no. 1 even conceded that the lorry was being driven at 60 kmph. Moreover, the plaintiffs called the lorry driver to give evidence on their behalves as to the circumstances of the accident and from his version the accident occurred when the brakes failed to respond », dit-elle dans son jugement.