Deuxième drame survenu sur le chantier du complexe sportif de Côte d’Or en moins d’un an. Selon les premiers éléments à la disposition des enquêteurs, un technicien chinois prénommé Ding Hongguang, 46 ans, a été victime d’un accident ce jeudi 13 juin et a péri sous des tubes en métal qui se sont détachés d’une grue à une hauteur de 30 mètres.

La Mauritius Multisports Infrastructure Ltd (MMIL) a initiée une enquête. Selon un communiqué émis par la MMIL, une équipe de ‘Health & Safety’ rattachée au site a été dépêchée sur le lieu de l’accident pour prodiguer les premiers soins. Mais elle n’a pu que constater le décès du technicien.

Le Health and Safety Officer du China State Construction Engineering a donné des détails à la police de Saint-Pierre sur les circonstances du drame, qui s’est joué à l’Aquatic Centre. L’officier s’est rendu sur les lieux après que des ouvriers aient signalé qu’un homme s’était gravement blessé. Il est alors tombé sur le quadragénaire inerte et aux vêtements tachés de sang.

Selon un témoin, la grue était maniée par un autre ouvrier chinois, Chen Yuemen, 40 ans. La victime inspectait les travaux quand les tubes se sont détachés.

Après l’arrivée des services d’urgence sur place, le médecin n’a pu que certifier le décès de la victime. L’autopsie a attribué le décès de la victime à un “crane-cerebral injury”. Le corps de l’ouvrier a été remis à une maison funéraire, en attendant une décision concernant son rapatriement.

Une équipe de police, qui s’est rendue sur les lieux du drame pour une inspection, a interpellé Chen Yuemen, qui a été testé négatif à l’alcootest. Pour les besoins de l’enquête, il a été placé en détention policière. Les enquêteurs attendent un interprète pour recueillir sa version des faits.

Du côté de ministère du Travail, le département du Heath and Safety devra se rendre sur le site de l’accident afin d’initier une enquête. « Ce sont les officiers du Heath and Safety Department qui, sur place, décideront s’il y a un danger immédiat pour les employés du chantier. Par la suite, ils s’aviseront si oui ou non, le chantier devra être fermé », explique l’attaché de presse du ministère du Travail.

La China State Construction Engineering, qui emploie non seulement des travailleurs Chinois mais également des Bangladais, a la lourde responsabilité d’achever les travaux du complexe qui doit accueillir la 10e édition des Jeux des Îles de l’Océan Indien, qui débute le mois prochain.

« Toutes les autorités concernées ont été avisées pour les besoins de l’enquête en cours. A notre niveau, conformément au respect des procédures de sécurité en vigueur, l’équipe responsable du ‘Health & Safety’ procèdera, dans les plus brefs délais, à un nouvel exercice de ‘briefing’ auprès de tous les acteurs concernés par les travaux, afin d’assurer un encadrement encore plus étroit à ce niveau », affirme le MMIL.

MMIL explique également que « la sécurité de toute personne travaillant sur le chantier demeure une priorité absolue et MMIL s’assurera que tout soit mis en œuvre en ce sens ».