Appelé ce matin devant le tribunal de Souillac, Jean Ricaud Chinniah a dû payer une caution de Rs 10 000 et signer une reconnaissance de dettes de Rs 25 000 pour recouvrer la liberté conditionnelle. Il est provisoirement accusé d’homicide involontaire par imprudence, après avoir percuté sur la route lundi soir le directeur de l’hôtel Le Paradis, le Suisse Marc Hausser, qui est décédé des suites de ses blessures.
Jean Ricaud Chinniah s’est présenté ce matin devant le tribunal de Souillac, où une charge provisoire d’homicide involontaire par imprudence a été logée contre lui par la magistrate Sophie Chui. La victime est Marc Hausser, directeur de l’Hôtel Le Paradis. L’accusé a retenu les services de Me Rouben Mooroongapillay.
Marc Hausser, âgé d’une quarantaine d’années et directeur de l’hôtel Le Paradis au Morne, a été percuté par un camion-citerne sur la route de La Prairie alors qu’il était à moto. Ricaud Chinniah, conducteur du camion-citerne, n’a pu éviter le Suisse sur sa Suzuki de 650 CC. L’impact lui a été fatal.
Jean Ricaud Chinniah, 53 ans, un habitant de Bambous, a été relâché sur parole le lendemain (mardi) après avoir donné sa déposition à la police de Bel-Ombre. Le suspect a avancé qu’il ne roulait pas vite et que le motard, qui venait en sens inverse, a perdu le contrôle de son véhicule. Le conducteur du camion-citerne faisait route de Baie-du-Cap vers Le Morne pour alimenter un hôtel en eau. Pour sa défense, il affirme avoir freiné pour éviter la collision mais sans succès.
Le conducteur du camion-citerne a également participé à une reconstitution des faits mardi après-midi en présence de son homme de loi. Il a expliqué les circonstance de l’accident et montré l’endroit précis où celui-ci a eu lieu.
À son arrivée sur les lieux, la police a constaté que Marc Hausser avait déjà rendu l’âme. L’autopsie pratiquée par le Dr Salim Saïb à Candos devait révéler que la victime a succombé à ses multiples blessures. Marc Hausser, directeur de l’hôtel depuis 2004, a eu une jambe sectionnée et le crâne fracturé.