Oomar Mohammed Abdoolah aurait soufflé ses 18 bougies le 3 mai n’était un terrible coup du sort. Cet habitant de la Tour Koenig a succombé cette semaine, sur son lit d’hôpital, à ses blessures subies dans un dramatique accident de la route le mardi 3 avril. Ce deuil afflige de manière brutale sa mère, Grace Waida Abdoolah, qui élevait le collégien seule depuis quelque temps. Dorénavant, son quotidien sera sans son fils, décrit comme son bras droit.
Chronologie des événements. Le mardi 3 avril aux alentours de 16h, Oomar Mohammed Abdoolah (17 ans) est à moto dans les parages de la Tour Koenig, malgré le fait qu’il n’a pas de permis pour piloter un deux-roues, quand survient le drame. Alors qu’un autobus s’engage dans un virage sur sa gauche, Oomar percute violemment l’arrière du véhicule.
Grièvement blessé lors de l’impact, le jeune homme est transporté d’urgence à l’hôpital Jeetoo où son état est jugé préoccupant. Il présente des fractures à la tête et des coups aux poumons. Au final, il n’y aura pas de miracle pour l’adolescent : il rend l’âme le mercredi 11 avril.
Depuis, chez les Abdoolah, plus rien n’est comme avant. Sa mère a perdu un point d’ancrage majeur de son quotidien. « Sa zour accident-là, mo garson ti dan mo travay avek mwa. Li ti pe takinn mwa. Li ti pe aid mwa tourn roti. Koumadir li ti pe atase plis ek mwa. Ti extra sa. Mo finn trouv li mari bizar », raconte la mère.
« Li pa habitie mont motocyclette. Mo pa kapav dir ou sa ler-la kouma li finn pran motocyclette so papa. Kan monn aprann-sa mo finn gagn enn mari sok dan travay » poursuit Grace Waida Abdoolah, visiblement marquée par les récents événements qu’elle a vécus.
Les neuf jours pendant lesquels son fils Ooomar luttait entre la vie et la mort à l’unité des soins intensifs étaient des plus mouvementés pour cette mère, surtout avec le va-et-vient à l’hôpital et les nuits blanches répétitives. « Mo ress san manze ek san bwar, parfwa mo ti pe senti mwa gagn vertiz. Zour li pou mor so gramatin mo al guet li lopital… Mo kontinye koz ar li mem si li pa ti pe tann mwa. Mo dir Oomar : mo bizin toi, to mem mo la vi, to mem mo la main droite. Mo nek trouv zis enn larm ki koulé dan so lizie… », soutient en pleurs la mère à Week-End.
Oomar, qui fréquentait le collège Islamic à Belle-Rose, Oomar caressait le rêve d’intégrer la force policière. Il était passionné de grosses cylindrées, du deejaying et portant un intérêt particulier à la cuisine. « Kifer bondie finn pran mo garson ? Li pa merit sa. Li pas fasil ditou. Mo garson ti mo la vie… », dit la mère d’une voix enrouée.