Le député Veda Baloomoody a soutenu hier que des pressions « inacceptables et malhonnêtes » sont exercées par la CNT sur la veuve de Ganesh Deepchand, chauffeur tué dans l’accident du bus Blue line le 3 mai dernier à Sorèze, pour accepter une compensation de Rs 112 589.
Le député, qui a soulevé cette question à l’ajournement, a expliqué que la veuve Deepchand qui réside dans sa circonscription a reçu vendredi dernier une visite d’une délégation de la CNT pour lui remettre un chèque et pour lui demande d’accepter de signer un document concernant l’octroi d’une compensation à la suite du décès de son mari. « Cette démarche est d’autant plus scandaleuse que la police n’a pas terminé son enquête sur la cause de ce grave accident qui a fait dix morts et que le chauffeur est décédé en faisant son travail », a dit le député mauve.
M. Baloomoody a cité un document dans lequel la CNT demande à la veuve Deepchand d’accepter le montant de Rs 112 589 comme compensation finale sans aucune possibilité de faire d’autres réclamations à la CNT par rapport à l’emploi de son mari par la suite. Une copie du document a été déposée sur la table du Parlement.
Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a pris bonne note de la déclaration du député mauve et a reconnu que cette démarche n’est pas normale. « Ils l’ont peut-être fait par ignorance », a-t-il insisté.
L’accident de Sorèze a également été au centre d’une intervention de Maya Hanoomanjee, qui a évoqué le cas de la fille du couple Ujoodha qui a trouvé la mort dans l’accident d’autobus. Elle a expliqué que l’enfant réside actuellement chez ses grands-parents qui vivent avec des moyens modestes et s’est étonnée qu’elle ne soit pas suivie de manière régulière par un psychologue. La fillette n’a reçu en tout et pour tout qu’une seule visite, a-t-elle dit. Elle a aussi expliqué que le couple avait contracté un prêt de Rs 350 000 auprès de la DBM. Quelque Rs 300 000 ont déjà été remboursées. Elle a demandé au ministre des Finances de voir si le montant qui reste peut être rayé. Elle a aussi demandé au Premier ministre de voir si une aide peut être accordée à la fille. Le VPM et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, a expliqué qu’à sa connaissance un psychologue a déjà visité la fille et qu’il est disposé à considérer la possibilité de rayer la différence de la dette. Pour sa part, le Premier ministre a fait comprendre que le gouvernement étudiera le cas de la fille.
Pour sa part, Steve Obeegadoo s’est élevé contre un projet de téléphérique envisagé par la municipalité de Curepipe à Trou-aux-Cerfs. « Ne touchez pas à notre Trou-aux-Cerfs », a-t-il lancé. Il a observé que le Trou-aux-Cerfs est fréquenté par des milliers de citadins de Curepipe, Floréal et Vacoas pour le jogging quotidien ou pour des pique-niques. Il a souligné qu’il y a eu des projets positifs sur ce site volcanique dont la décision de ne plus donner accès aux voitures mais qu’il y a eu aussi des initiatives négatives comme le déboisement du cratère. Il a souhaité que ce site soit protégé et s’est élevé contre un éventuel projet touristique envisagé par la municipalité. Le ministre des Administrations régionales a affirmé qu’il se penchera sur ce dossier mais qu’il n’est pas au courant du projet de téléphérique.
La députée Josique Radegonde a, pour sa part, évoqué un problème de sécurité routière dans sa circonscription. Le ministre Bachoo a observé que les travaux sur cette route ont déjà commencé. Cependant, il doit discuter avec le ministère du Logement et celui des Finances au sujet de la remarque de la députée.
Le député Rajesh Bhagwan a, pour sa part, soulevé le cas qu’il a qualifié d’injuste à Morcellement Raffray, à Albion. Ainsi, sur un morcellement de 260 parcelles, 250 maisons à étage ont été construites. Alors que les propriétaires de dix parcelles de terrain ont commencé à entreprendre la construction de leur maison, le conseil de district de Rivière-Noire leur a interdit la construction des étages en disant qu’ils n’ont pas le droit de le faire. M. Bhagwan a demandé au ministre des Administrations régionales d’intervenir d’autant que 250 autres ont pu le faire sans être inquiétés. Le ministre a expliqué qu’il est au courant du problème et qu’il étudiera la question.
Pour sa part, la députée Lysie Ribot a évoqué la fermeture éventuelle des écoles de l’APEIM. Cependant le ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, a expliqué que des mesures ont été prises et que ces écoles continuent à fonctionner normalement.
Le député Seeruthun a évoqué un problème d’eau dans sa circonscription alors que Franco Quirin a évoqué un problème concernant un terrain de football dans la sienne.