L’atmosphère à l’hôpital Jeetoo hier matin était empreinte de consternation et de détresse avec les proches et amis des victimes et personnes décédées dans le terrible accident de Sorèze, survenue hier matin, ayant fait le déplacement après l’annonce du drame. Les policiers et employés de l’hôpital ont eu fort à faire avec les badauds regroupés à l’extérieur qui obstruaient le passage des civières transportant les blessés.
Le maximum du personnel hospitalier était mobilisé pour accueillir les victimes de ce grave accident avec pour lourd bilan une quarantaine de victimes et dix morts. Devant l’entrée de l’hôpital Jeetoo, soit quelques heures après le drame, une foule de curieux mais aussi de volontaires s’est attroupée. Des effectifs de la police et de la compagnie de sécurité de l’établissement de santé ont tenté tant bien que mal de dégager le passage pour faciliter le transport des blessés vers la casualty room à l’intérieur de l’hôpital flambant neuf. À chaque sirène d’ambulance, le personnel hospitalier était sur le qui-vive, ne sachant pas dans quel état se présentera le prochain blessé.
Des effectifs de la Special Supporting Unit (SSU) ont par ailleurs prêté main forte à leurs collègues de la force régulière. Du côté des badauds, certains tentaient de prendre des photos des victimes avec leurs appareils photo ou téléphones portables.
Le ministre de la Santé devait arriver sur les lieux, le visage inquiet. Devant le nombre de personnes réunies à l’entrée de l’établissement et qui gênaient visiblement le travail des médecins et infirmiers, Lormus Bundhoo devait se fâcher et demander aux curieux de dégager les lieux.
Certains ont d’ailleurs exprimé leur colère au Mauricien, déplorant « la façon de faire » du ministre de la Santé car, ont-ils soutenu, « nous essayons d’aider ».
Tout allait à 100 à l’heure dans les couloirs de l’hôpital Jeetoo hier. Une ward entière a été spécialement évacuée pour accueillir les blessées de l’accident de Sorèze, les uns présentant des blessures à multiple gravité. Certains rendez-vous de patients réguliers ont été reportés à une date ultérieure devant la situation urgente.
La tension était ainsi palpable à l’hôpital. Les yeux étaient fixés vers la casualty room avec le nombre grandissant de victimes et de morts qui s’alourdissait. Des proches et amis des personnes ayant trouvé la mort, accablés par la triste nouvelle du décès, laissaient éclater leur tristesse et leur désolation à travers des cris. Des mères, soeurs et épouses étaient même éprises de malaise. D’autres attendaient, dans l’inquiétude la plus totale, des nouvelles des membres de leurs familles victimes de cet accident…
Étaient aussi présents plusieurs parlementaires – dont le président du Ptr Patrick Assirvaden, la PPS Prateebah Bholah, la secrétaire générale du Ptr Kalyanee Juggoo – venus soutenir les familles des victimes. Des membres de l’opposition ont aussi fait le déplacement, en l’occurrence le leader de l’opposition Alan Ganoo et le député Reza Uteem ainsi que le président du MSM Showkutally Soodun. La présence du syndicaliste Salim Muthy n’est pas non plus passée inaperçue…