L’une des principales retombées de l’atelier de travail axé sur la sécurité routière en faveur des chauffeurs de la compagnie Rose-Hill Transport (RHT), tenu dans le courant de la semaine, est que 7,8% des véhicules impliqués dans des accidents de la route en 2011, ayant causé mort d’homme ou occasionné des blessés, sont des autobus. Les autres chiffres avancés par l’ONG Prévention Routière Avant Tout indiquent que l’année dernière, les accidents ont fait un total de 152 morts et 3 389 blessés, tandis que l’État y a enregistré des pertes estimées à Rs 3 milliards.
Cet atelier de travail, tenu au QG de la compagnie RHT, à l’intention d’une trentaine de chauffeurs d’autobus, s’inscrit dans le cadre d’une campagne de prise d’engagement chapeautée par le Rotary Club de Port-Louis en vue de promouvoir une conduite responsable et axée sur la sécurité routière. Chiffres et statistiques à l’appui, l’ONG Prévention Routière Avant Tout (PRAT) – dont la collaboration fut sollicitée pour cette session de travail – a brossé un tableau de la situation, avec 2 912 autobus représentant 0,7% de la flotte de véhicules sur nos routes, selon les chiffres disponibles à fin décembre 2011.
L’accent devait également être mis sur le nombre de ces autobus impliqués dans les accidents de la route ayant entraîné des décès ou des blessés en 2011. Selon les chiffres de l’association, sur les 4 128 véhicules impliqués dans ce type d’accidents, 321 sont des autobus. Ce qui représente un taux de 7,8 %. Le président de la PRAT, Alain Jeannot, devait faire la comparaison avec la situation sur les routes à Singapour : en 2011, les autobus étaient au nombre de 17 046 sur les 956 704 véhicules enregistrés dans ce pays, représentant ainsi 1,8 % de la flotte totale. Sur les 14 161 véhicules impliqués dans des accidents, 450 étaient des autobus, soit un taux de 3,1%, nettement inférieur à celui enregistré à Maurice.
PRAT devait ainsi citer une série de causes qui entraînent des accidents chez les chauffeurs d’autobus, notamment la fatigue au volant. À cet effet, l’ONG devait faire ressortir que dans le cas de figure où un conducteur ferme ses yeux ne serait-ce que pour une seule seconde, alors qu’il roule à une vitesse de 100 km/h, le véhicule demeure sans contrôle sur une distance de 28 m. L’ONG devait dans la foulée se référer à une étude réalisée en Malaisie sur des chauffeurs d’autobus de ligne directe, qui révèle que 44% d’entre eux souffrent d’apnées du sommeil.
En ce qu’il s’agit de l’alcool au volant, Alain Jeannot a fait ressortir que l’alcool prend un certain temps pour être éliminé de l’organisme, à savoir entre 10 et 15 mg par heure.
Les accidents ayant pour cause l’usage abusif de la porte de secours des autobus ont également été évoqués. Ainsi, les participants se sont montrés unanimes sur le fait de trouver une solution en vue de décourager les passagers à recourir aux Emergency Doors pour entrer et sortir des autobus. Dans un souci de présenter un meilleur bilan que celui de 2011 (152 morts et 3 389 blessés) sur nos routes à la fin de cette année, les différents intervenants, dont les représentants du Rotary Club de Port-Louis, ont rappelé l’importance de la notion de responsabilité personnelle des conducteurs, surtout lorsque des vies humaines sont en jeu.
Au cours de cette session interactive, les chauffeurs d’autobus devaient faire part de leurs appréhensions concernant l’état de nombreuses routes délabrées, le manque de discipline des piétons, et la situation chaotique des marchands ambulants à la gare Victoria à Port-Louis. Ils devaient par ailleurs signer symboliquement un engagement en vue de réduire le nombre d’accidents sur nos routes.