La Fédération des Syndicats du Secteur Public (FSSP) sous l’impulsion de son président Rashid Imrith, a adressé une correspondance en fin de semaine dernière au Premier ministre Navin Ramgoolam pour réclamer l’institution d’un Fact Finding Committee sur les cas d’accidents de travail. Le syndicaliste explique que ces accidents auraient pu être évités si toutes les inspections ciblées sur les lieux de travail avaient été effectuées.
Dans le courrier, le syndicaliste Rashid Imrith exhorte le Premier ministre Navin Ramgoolam à prendre les mesures appropriées en vue d’identifier « anyone responsible for not providing adequate funds to fill necessary vacancies such that targeted workplaces inspections to ensure compliance with labour legislations for the enforcement of minimum terms and conditions of employment, and such that legal actions can be taken against anyone thus identified for endangering the life of workers and for homicide involontaire in any case of fatal workplace accident ».
Le président de la FSSP fait par la suite référence au rapport de l’Audit pour l’année 2010 qui indique que 57 % des inspections dans les lieux de travail pour « ensure compliance with labour legislation so that decent work conditions exist in line with international standards » n’ont pu être effectuées en raison d’un manque de dispositions financières nécessaires pour le combler les nombreux postes vacants. La Fédération soutient que les accidents de travail qui ont conduit à des pertes de vie auraient pu être évités si l’intégralité des inspections ciblées sur les lieux de travail avait été réalisée. Rashid Imrith avance que la Government General Services Union, une filiale de la FSSP, a maintes fois dénoncé la politique « aveugle » de réduire les dépenses publiques par des coupures dans les fonds prévus pour combler les postes vacants dans la fonction publique. Selon le président de la fédération, les conclusions mentionnées dans le rapport de l’Audit ont confirmé les appréhensions décriées.
Revenant sur l’accident de travail survenu à Ébène le mercredi 19 octobre, Rashid Imrith explique que « the life of workers in our republic cannot be that cheap that the audit findings pointing at inadequate funding to ensure their safety should go unnoticed. The Federation of Public Sector and Other Unions believes otherwise. It has written to the Minister of Civil Service and Administrative Reforms to address this problem among other things. The latter having remained heedless to its appeal… »