Les Mauriciens se rendant en Chine pour une visite maximum de 30 jours seront désormais exemptés de visa. Un accord bilatéral a été signé en ce sens hier par le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhang Ming et le chef de la diplomatie mauricienne Arvin Boolell.
Un visa d’entrée sera toutefois nécessaire pour tous ceux ayant l’intention de se rendre en Chine dans le cadre de leurs études, pour travailler, pour s’engager dans des activités médiatiques ou pour y résider.
Le ministre Boolell évoque un accord « historique », dans la mesure où Maurice est le second pays africain, après les Seychelles, à bénéficier d’une exemption de visa pour entrer en Chine. « Cela démontre la détermination de nos deux pays à rehausser les relations bilatérales, améliorer les relations entre nos peuples et explorer de nouveaux domaines de coopération en réduisant les barrières, et ce afin de permettre aux touristes et hommes d’affaires de plus facilement se déplacer. »
Le ministre des Affaires étrangères a par ailleurs présidé la première séance de travail du mécanisme bilatéral de consultation politique. Cette réunion  fait suite à un accord conclu en 2005 entre nos deux pays. Cette première réunion a permis aux deux parties d’évoquer une série de sujets de nature bilatérale ainsi que des questions relatives aux changements dynamiques  de l’environnement politique et économique. Arvin Boolell a soutenu qu’en droite ligne avec les relations privilégiées entre nos deux pays, Maurice compte sur la collaboration de la Chine afin de soutenir les efforts visant à faire de Maurice un pays moderne.
La délégation chinoise sera présente cet après-midi à la cérémonie d’inauguration du nouveau terminal. La Chine a en effet accordé à Maurice un prêt concessionnaire d’un montant de Rs 8 milliards pour le financement de la construction du terminal, dont le coût total s’élève à Rs 11 milliards.