Maurice disposera d’un nouveau système de radar météorologique (Doppler Radar System) à partir de mars 2015. La concrétisation de ce projet sera possible grâce à un don de l’ordre de Rs 400 M du gouvernement japonais, qui a fait l’objet d’un accord signé par le secrétaire au cabinet, Suresh Seebaluck et l’ambassadeur du Japon, Ryuhei Hosoya, hier, en présence du Premier ministre, Navin Ramgoolam.
« La fourniture du système de radar aux services météorologiques est l’exemple concret de l’extension de la coopération économique du Japon à Maurice », a dit le Premier ministre dans un discours prononcé à cette occasion.
Il a observé que la difficulté de l’île Maurice est qu’elle est désormais considérée comme un pays moyennement développé et est par conséquent disqualifiée pour l’obtention de l’aide étrangère. D’où le mérite du gouvernement japonais qui à travers la Japan International Cooperation Agency a accepté d’aider Maurice à se doter de ce service de radar.
Le Premier ministre a remercié la JICA pour l’aide accordée à Maurice, depuis 1980, dans le secteur de la pêche, la gestion des glissements de terrain notamment à Port-Louis, le traitement des eaux usées, la protection côtière, entre autres. Navin Ramgoolam a observé avoir eu l’occasion, lors de son passage au Japon à l’occasion du TICAD V, de remercier personnellement le Premier ministre japonais Shinzo Abe pour le don accordé à Maurice en vue de l’installation du radar météorologique. Les discussions avec son homologue japonais ont aussi porté sur le renforcement de la coopération entre le Japon et Maurice notamment dans le domaine de la protection de l’environnement, la gestion des désastres naturels liés au changements climatiques. Des nouveaux domaines de coopération ont également été identifiés.
Le don japonais permettra la construction d’une tour à Trou-aux-Cerfs qui accueillera le “S-Band Doppler Solid State Radar” ainsi que des systèmes de communication et de “data display”. L’édifice comprendra également une salle d’exposition. Les autorités japonaises s’assureront également de la formation du personnel mauricien.
Le Premier ministre a expliqué que l’ancien radar qui avait été installé en 1977 a cessé de fonctionner à partir de 2002. La possibilité d’obtenir un prêt du Japon pour l’achat d’un radar avait été envisagée en 2003 sans toutefois qu’il n’y ait de suite. Le projet de remplacement du radar a été relancé en 2005. Le projet est maintenant relancé après de longues consultations avec entre autres l’Organisation météorologique mondiale.
« As a Small Island Developing State, Mauritius is highly vulnerable to intense cyclones and torrential rain which can have devastating effects. In Mauritius, we witnessed on 30 March of this year an unprecedented rainfall in the capital during a very short lapse of time resulting in flash floods that took the lives of eleven of our citizens. The provision of a new Radar System to our Meteorological Services will enhance its autonomy and contribute to better general weather forecasting in Mauritius. The project will also ensure fast track acquisition of knowledge and skills to address the specific challenges posed by extreme weather events », a expliqué le Premier ministre. Le nouvel équipement permettra à Maurice de mieux se préparer à faire face aux conditions climatiques comme les cyclones, les grosses pluies et ainsi sauver des vies.
Pour sa part, le nouvel ambassadeur japonais, qui a présenté ses lettres de créance hier, a observé que « la participation du Premier ministre Navin Ramgoolam à la conférence de TICAD V a permis de consolider davantage les liens de coopération bilatérale entre nos deux pays ».