Les questions parlementaires au sujet des accords bilatéraux et le projet de mise sur pied d’une ambassade mauricienne en Arabie Saoudite ont fait monter la tension d’un cran dans l’hémicycle hier après-midi entre le ministre des Affaires étrangères et le député Adil Ameer Meea. Ce dernier a accusé le gouvernement mauricien de laxisme quant aux relations diplomatiques avec l’Arabie Saoudite. Visiblement agacé, le ministre Arvin Boolell n’a pas mâché ses mots à l’égard d’Adil Ameer Meea disant ouvertement être au courant de « l’agenda caché du député du MMM ». Les discussions entre les deux parties ont duré plus de quinze minutes.
Réagissant à une question du député Adil Ameer Meea sur la situation des relations diplomatiques avec l’Arabie Saoudite, le ministre Arvin Boolell devait indiquer que le gouvernement mauricien est en train de finaliser les dossiers et procédera à la signature d’un Memorandum of Understanding sur les liaisons aériennes entre les deux pays à la première occasion qui se présente. Cette réponse a donné suite à de vifs échanges entre les deux parlementaires :
Adil Ameer Meea : I am disappointed to hear that. Let me quote what the minister replied to a question on same matter in 2011 : « A joint working session at senior officials’ level was held in April this year in Riyadh on concluding a General Framework Agreement on Cooperation between Mauritius and Saudi Arabia. The draft Agreement has been finalised and we hope to have it signed in a very near future in the context of a high-level visit to either Saudi Arabia or to Mauritius. »
Arvin Boolell : I am sorry to say that you did not listen properly to what was being said at that time. There was a bilateral agreement which was to be finalised…
Irrité, le ministre Arvin Boolell a haussé le ton, soutenu par les membres du gouvernement : « Li fek lor larout kot li pou konn tousala », devait lancer un parlementaire. Cela a donné suite à un brouhaha dans l’hémicycle avec l’échange de propos entre les membres du gouvernement et ceux de l’opposition.
Le Speaker au ministre Boolell : Sit down, Sit down. Are you going to give way ?
Arvin Boolell : I am not ready to give way. I give way only to those who are decent. I am well aware of your agenda on this issue.
Adil Ameer Meea : I would like to give my point of order.
Le Speaker : I will declare point of order at the end of the Parliamentary Question.
Non satisfait des réponses du ministre des Affaires étrangères, le député mauve a continué à lui poser des questions sur les accords avec l’Arabie Saoudite.
Adil Ameer Meea : The government does not seem to take this matter seriously. May I remind him that this has been a political incentive during the last general election in the Constituency N° 3. Il y a eu une promesse électorale faite du Premier ministre durant les élections en 2010 à Plaine-Verte.
Can I ask the hon. Minister if he is aware of this promise that has been made last year during the last election ?
Arvin Boolell : We always honour our promises and I am well aware of your agenda.
Les deux parties se sont une fois de plus mis à lancer des commentaires tels que « Pa tous mo Navin », « Eta Gros Dereck ki to pe gagne ? », résultant en un vacarme. Adil Ameer Meea a aussi indiqué que les autorités saoudiennes avaient mis à la disposition de l’autorité mauricienne un terrain pour l’aménagement d’une ambassade. Le député mauve devait par la suite souligner qu’il y a eu plusieurs moves des autorités saoudiennes, alors que le gouvernement mauricien, lui, ne fait aucun move. Le ministre des Affaires étrangères est de nouveau revenu sur la question des ressources.
Arvin Boolell : As stated earlier, we are keen to have diplomatic outreach but we need resources. Are you aware of the number of countries who have diminished their activities with respective embassies ? We are waiting for better harvest.
Adil Ameer Meeah : This is a long wait…
Arvin Boolell : We have to wait. Patience is a virtue. Fools rush in where angels fear to tread.
Le Speaker, à la fin des séances de questions, a contraint le ministre Arvin Boolell de retirer ses propos à l’encontre du député Ameer Meeah quant à l’argumentation qu’il ait un « agenda caché ».