Un ex-employé du parc de loisir Waterpark s’est retrouvé sur le banc des accusés avec un autre individu pour avoir donné des instructions pour commettre un vol et pour possession d’objets volés. L’ancien employé du parc de loisirs était poursuivi pour avoir demandé à un autre employé de voler un téléphone portable, enroulé dans une serviette, dans l’enceinte du parc de loisirs qui était toujours en activité le jour des faits. Une fois le méfait commis, le voleur avait vendu le téléphone portable et avait légué la somme de Rs 2 000 à l’accusé. Pour sa défense, ce dernier a soutenu que le voleur en question avait consigné de fausses allégations contre lui car ils ne s’entendaient pas bien au travail. Dans l’énoncé de son jugement, la magistrate a trouvé que l’acte d’accusation ne faisait pas mention des instructions données par l’accusé à son acolyte pour voler le téléphone portable. De plus, ce dernier, qui a témoigné en cour, n’a pas donné d’éclaircissements sur ce que l’accusé lui aurait dit à ce moment-là. Selon la magistrate, le fait que l’accusé ait juste demandé à son acolyte de voler le cellulaire ne tenait pas la route. Elle a ainsi rayé la charge retenue contre lui.
Le deuxième accusé, poursuivi dans un même procès car il serait connecté avec le voleur présumé du téléphone portable dans un autre cas de vol, avait été poursuivi pour avoir eu en sa possession des chaînes en or, volées lors d’un cambriolage en avril 2010. Il a lui aussi été blanchi en cour, la magistrate trouvant qu’il n’y avait pas de preuves prouvant que l’accusé était impliqué dans ce cambriolage.