Jean Suzanne, jadis proche conseiller du Premier ministre en matière de politique informatique et homme d’affaires prospère et, par la suite, empêtré dans des dettes colossales à travers son entreprise, Infinity BPO, l’a échappée belle. Menacé d’une peine de prison pour émission de chèque sans provision, il n’ira finalement pas derrière les barreaux. La Cour intermédiaire l’a condamné à payer une amende de Rs 75 000.
Jean Suzanne avait été poursuivi à la suite d’une plainte déposée par l’agence de voyages Thomas Cook. Cette dernière avait reçu de lui un chèque d’un montant de Rs 213 579, alors que l’accusé ne disposait pas d’un tel montant sur son compte en banque.
Dès le début du procès, Jean Suzanne a reconnu sa faute et a plaidé qu’il n’avait plus d’emploi depuis la mise en liquidation de son entreprise. Il a expliqué que toute sa famille est déjà repartie en France, et qu’il allait la rejoindre pour travailler et honorer ses dettes envers Thomas Cook.
La magistrate Wendy Rangan a été convaincue de sa bonne foi, d’autant que Jean Suzanne a déjà remboursé la somme d’environ Rs 107 000 à l’agence, et a trouvé qu’une peine d’emprisonnement n’était pas la plus appropriée dans ce cas.