Jean-Maxwell Gopal, 20 ans, a comparu devant les Assises hier dans le cadre du procès qui lui est intenté pour le viol et le meurtre de Sateewantee Jangtoo, une femme laboureur de 49 ans, dans un champ de cannes à Quatre-Cocos, Belle-Mare, en juin 2012. Sur ce qui semblerait être un malentendu, Me Siddartha Hawoldar est venu expliquer en cour hier que ses services n’avaient pas été retenus par le jeune homme et qu’ils ne se sont jamais rencontrés. Il a ainsi pu se retirer de l’affaire. C’est Me Bernard Marie, avocat commis d’office, qui défendra donc Jean-Maxwell Gopal. Ce dernier comparaîtra à nouveau en cour le 2 juin.
Lors de l’appel de l’affaire hier devant les Assises, Me Siddartha Hawoldar est venu apporter des éclaircissements sur une certaine confusion qui planait concernant sa présence dans ce procès. L’homme de loi est venu expliquer qu’il y a eu un « malentendu », expliquant n’avoir jamais reçu aucune instruction pour défendre le jeune homme. Jean-Maxwell Gopal a indiqué qu’il est en prison et qu’il ne sait pas si sa famille a pris contact avec l’avocat. En vue de la situation, le juge a agréé à la demande de Me Hawoldar de se retirer. C’est Me Bernard Marie qui a été assigné, in forma pauperis, pour défendre l’accusé.
Cette affaire remonte au 7 juin 2012. Sateewantee Jangtoo, une femme laboureur habitant Quatre-Cocos, s’était rendue ce jour-là tôt le matin sur son lieu de travail, soit un champ d’oignons, non loin de sa maison. Elle rentrait à l’accoutumée vers 11 h. Vers 16 h 30, ne la voyant toujours pas rentrer, ses enfants et son mari ont alors décidé de partir à sa recherche. Après une battue de plusieurs heures, des personnes ont découvert le corps de Sateewantee Jangtoo dans un champ de cannes. L’enquête policière a débouché sur l’arrestation de Jean Maxwell Gopal, un jeune habitant Palmar, lequel a fini par avouer son forfait. Il a raconté à la police avoir croisé Sateewantee Jangtoo dans un champ de cannes et l’avoir surprise de dos. L’accusé l’aurait alors saisie avant de la traîner dans le champ afin d’abuser d’elle. Ayant ses outils de travail sur elle, la victime aurait alors tenté de se défendre avec sa faucille. Jean Maxwell Gopal lui aurait alors donné plusieurs coups au visage, lui infligeant un coup fatal à la carotide à l’aide de la faucille, avant d’abuser d’elle.?Le chef du service médico-légal, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, ainsi que le médecin légiste, le Dr Shaila Parsad-Jankee, qui avaient pratiqué l’autopsie, ont attribué le décès de Sateewantee Jangtoo à une fracture de crâne. Elle portait également des traces de blessures au niveau de la gorge. Jean Maxwell Gopal répond d’une charge de meurtre.