Le procès intenté à Vishal Dussoya en cour de Pamplemousses, sous la charge de « threatening verbally », a connu son dénouement lundi. Le magistrat Navish Jheelan a décidé de rayer la charge retenue contre ce dernier. Il estime en effet probable que le plaignant ait fait de fausses allégations, les deux parties se querellant souvent au sujet de la propriété d’un temple.
Vishal Dussoya était poursuivi en cour de Pamplemousses pour avoir proféré des menaces verbales à l’encontre de Sanjay Gooroocharan. Cependant, estimant possible que le plaignant ait pu faire de fausses déclarations, ce dernier se disputant souvent avec l’accusé, le juge a décidé de rayer la charge retenue contre Vishal Dussoya.
Dans sa version, Sanjay Gooroocharan explique qu’il priait dans un temple de Triolet le 14 septembre 2011 lorsque Vishal Dussoya – muni d’une machette – lui aurait fait des menaces de mort, lui demandant dans le même temps d’arrêter de prier dans ledit temple. Mais l’accusé, lui, nie ces allégations, expliquant qu’au moment des faits présumés, il dînait en compagnie de sa femme. Un alibi « crédible », selon le magistrat, cette version ayant de plus été corroborée par l’épouse de l’accusé. En outre, ajoute-t-il dans son jugement, les deux familles se disputaient souvent sur la question de la propriété du temple, comme l’a d’ailleurs confirmé l’inspecteur Sookun au cours du procès. Autant d’éléments qui, selon le juge, démontre clairement que les deux parties n’étaient pas en bons termes. Aussi estime-t-il hautement probable que les accusations formulées par le plaignant soient fausses.
Le magistrat note par ailleurs des contradictions entre la version du plaignant consignée à la police et sa déclaration en cour, plus particulièrement au sujet de l’arme utilisée par le présumé agresseur. Ainsi, appelé à la barre, le plaignant avait dit ne pas avoir remarqué dans quelle main Vishal Dussoya aurait tenu son « sabre », et ce alors qu’il avait clairement mentionné qu’il s’agissait de la main droite dans sa version à la police.
A noter que Vishal Dussoya était défendu par Me Ho Chan Fong.