Kunuck Parsad Hawoldar, propriétaire du pensionnat Secret Paradise, situé à Riche-Terre, était poursuivi en Cour intermédiaire sous une accusation de « keeping brothel ». Le 18 juin 2008, dans le sillage de cette affaire, un proxénète présumé et trois prostituées avaient été arrêtés dans ce pensionnat. Toutefois, lors de son procès, le propriétaire a été exonéré de tout blâme. Ce dernier avait soutenu qu’il n’y travaillait pas et qu’il n’était pas au courant que son pensionnat était utilisé à des fins de prostitution.
Accusé de proxénétisme dans cette affaire, un dénommé Agathe avait été arrêté après que des officiers de police se soient fait passer pour des clients potentiels. Ces derniers avaient alors découvert que le suspect emmenait des prostituées au pensionnat pour passer du bon temps avec des clients. Qui plus est, Agathe négociait avec les clients, lesquels devaient débourser Rs 2 000, frais de la chambre compris, pour s’offrir les services d’une prostituée. Agathe partageait alors ses gains avec la prostituée concernée et le réceptionniste du pensionnat. À noter que Kunuck Parsad Hawoldar n’était pas présent lors de ces transactions.
Suite à son arrestation, le suspect a alors été poursuivi en Cour intermédiaire sous trois charges de proxénétisme et avait été condamné à s’acquitter d’une amende et de purger une peine de prison. Kunuck Parsad Hawoldar, pour sa part, avait soutenu en cour qu’il ne travaillait pas dans ce pensionnat et qu’il travaillait à plein-temps dans un magasin. Il a ajouté avoir retenu les services d’un réceptionniste pour y travailler et que ce dernier s’occupait du registre du pensionnat.
Le propriétaire du pensionnat devait cependant nier savoir qu’Agathe emmenait des prostituées dans son pensionnat. Et d’ajouter par ailleurs qu’Agathe travaillait comme Foreman quand il a ouvert son pensionnat, en 2008, et que ce dernier y venait une fois par semaine. Le proxénète aurait de ce fait trouvé un accord avec l’accusé pour qu’il reçoive Rs 50 à chaque fois qu’une de ses connaissances louait une chambre. Dans l’énoncé de son jugement, la magistrate Wendy Rangan a accordé le bénéfice du doute à Kunuck Parsad Hawoldar, concluant qu’il n’y avait pas de preuves démontrant que l’accusé savait que son pensionnat était utilisé à des fins de prostitution. La magistrate a ainsi rayé l’accusation portée contre lui.