Le Canadien Allan Stockhall, arrêté en juillet 2009 avec 989 g d’héroïne d’une valeur de Rs 15 M, a comparu une nouvelle fois devant les Assises hier. Il demandait l’aide financière juridique afin de pouvoir débloquer ses comptes à l’étranger, mais n’a pas obtenu gain de cause et l’affaire a été renvoyée pour le 22 juillet.
Le procès du Canadien Allan Stockhall devant les Assises pour trafic de drogue ne débutera pas sur le fond de sitôt. L’accusé, qui avait demandé l’aide financière juridique afin de pouvoir débloquer ses comptes à l’étranger, soit au Canada et en Thaïlande, devra trouver un autre moyen afin de pouvoir prendre possession de ses biens pour retenir les services d’un avocat étranger. Lors de sa comparution en cour hier, le juge Benjamin Marie-Joseph a confirmé que selon la Legal Aid Act, l’accusé, étant étranger et n’ayant pas de comptes à Maurice, ne pourra passer par cette procédure pour obtenir une partie de ses biens. Il avait demandé qu’un proxy soit dépêché pour lui faire parvenir une partie de ses biens à l’étranger. Son avocat commis d’office, Me Rex Stephen, qui représente l’accusé pour l’heure, a demandé que l’affaire soit renvoyée afin de trouver une solution à ce problème. Le juge a renvoyé l’affaire au 22 juillet. Me Rex Stephen compte se retirer de l’affaire une fois que le nécessaire serait fait. À noter qu’Allan Stockhall avait dans un premier temps demandé à assurer lui-même sa défense. Il s’est rétracté par la suite, souhaitant être représenté par un avocat, mais devait déclarer qu’il n’avait pas les moyens de le faire. Me Gavin Glover avait offert ses services à l’accusé dans le passé, pour se retirer par la suite. Le juge avait alors désigné Me Rex Stephen in forma pauperis pour le défendre.
Allan Stockhall a été arrêté en juillet 2009 avec 989,6 g d’héroïne, d’une valeur d’environ Rs 15 millions. Il avait déclaré ignorer la présence de cette drogue dans ses valises. Selon ses dires, il devait livrer ce colis à une personne à Maurice. L’exercice de livraison surveillée de la police n’avait toutefois rien donné. Soulignons aussi que sous la DDA, toute personne retrouvée en possession de drogue dont la valeur est estimée à plus de Rs 1 million est considérée comme étant un trafiquant. La décision finale sur cette accusation reviendra néanmoins à la cour.