Le juge Benjamin Marie-Joseph, qui siégeait en cour d’assises, a condamné la jeune française Farah Nachi à 15 ans de prison et à une amende de Rs 75 000. Agée de 21 ans, elle a plaidé coupable lors du procès qui s’est déroulé mercredi. De cette peine de prison, il faudra oter 542 jours, soit le nombre qu’elle a passé en détention.
Farah Nachi a pleinement collaboré avec les autorités policières du pays aussitôt son arrestation avec la découverte de Subutex sur elle, a fait remarquer son avocat, Me Gavin Glover SC, lors du procès qui s’est déroulé hier en Cour d’assises, présidée par le juge Benjamin Marie-Joseph. L’avocat a soutenu dans sa plaidoirie que sa cliente n’est pas une personne tentée par des gains financiers. Elle est plutôt encline à effectuer des voyages, ayant même suivi des cours de formation dans une école d’aspirantes hôtesses de l’air.
Dans le box des accusés, la jeune Française a exprimé ses regrets. Elle a dit que c’est par naïveté qu’elle a accepté d’entreprendre le voyage à Maurice, pour lequel un dénommé Sivom, un ressortissant mauricien établi en France, avait entrepris toutes les démarches. Elle avait débarqué à Maurice le 9 décembre 2011 avec, dans ses bagages, plus de 9 600 tablettes de Subutex emballées dans de petits paquets d’au moins 1 600 tablettes chacun.
À la demande de l’ADSU, la passeuse a accepté d’effectuer l’exercice de control delivery, qui a permis d’intercepter deux contacts locaux, Frédéric Ah Laye et Désiré Duval. Ceux-ci, qui ont plaidé non coupable, font l’objet d’un procès séparé.