Le Directeur des Poursuites publiques (DPP) a décidé de ne pas donner suite aux poursuites contre l’ancien directeur de l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA), Krishna Oolun et deux ex-employés de cet organisme, Jean Patrick Jérôme Louis, ex-Engineering Director, et Usha Bhujan, Senior Procurement Officer. Ils étaient accusés provisoirement d’avoir comploté pour l’achat de deux voitures de la marque Audi, d’une valeur de Rs 2,5 millions, sans qu’il y ait eu un appel d’offres, en infraction aux dispositions de la Procurement Act.
Lors de leur comparution au tribunal de Port-Louis hier, le représentant du DPP a indiqué qu’après l’étude du dossier, le DPP est arrivé à la conclusion qu’il n’y avait pas de preuves suffisantes pour loger des poursuites contre les trois prévenus. La magistrate Manjula Kumari Boojharut, qui a entendu cette affaire au tribunal de Port-Louis, a ainsi rayé les accusations portées contre eux.
L’homme de loi de l’ex-CEO de l’ICTA, Me Imtihaz Mamoojee, avait logé une motion au tribunal de Port-Louis demandant que la charge provisoire soit rayée. Le Parquet, pour sa part, avait indiqué que selon le rapport du Pay Research Bureau (PRB) de 2013, concernant l’article relatif au Government Official Car Scheme, les officiers du secteur public ne sont pas obligés de passer par la Public Procurement Act. Le Parquet avait toutefois demandé plus de temps pour que le DPP puisse prendre une décision sur cette demande, arguant que le dossier à charge venait récemment de lui être soumis.
Krishna Oolun avait été arrêté le 1er octobre 2015. Suspendu de ses fonctions depuis août 2015 après l’éclatement de cette affaire, il faisait l’objet d’une accusation provisoire d’entente délictueuse depuis le 8 octobre de l’année dernière.