L’ACIM a dénoncé lors d’un point de presse, l’augmentation du prix du poulet. Une lettre avait été écrite dans ce sens au ministère du Commerce et de la Protection des Consommateurs. L’ACIM, dit Jayen Chellum, « pe lance enn boycott de poulet dans les compagnies agricoles. » Il dit avoir eu une rencontre avec les principaux concernés et qu’il n’est pas ressorti convaincu par leurs arguments. L’ACIM maintient que le prix du poulet doit accuser une baisse par rapport au prix pré-augmentation. « C’est prendre les consommateurs et le gouvernement pour argent comptant que d’exploiter une telle situation. » Ceci amène les producteurs de poulet vers une situation de manque de respect pour le gouvernement et de confrontation envers les consommateurs et l’ACIM.
Pour Jayen Chellum, il n’y a aucune raison qui explique cette hausse du coût du poulet. « Le ministre avait demandé qu’on revoie le prix à la baisse, mais le constat au bout d’un mois est qu’il n’en a rien été. La compagnie Chantecler est en situation de monopole. Elle pratique des prix inaccessibles. » Il lance un appel à tous les consommateurs en leur demandant d’être solidaires, vu que cela fait trop longtemps que les producteurs et les importateurs font la pluie et le beau temps. « La seule arme du consommateur, c’est l’arme du boycott. » Jayen Chellum lance un appel et dit que si on importait du poulet de l’Afrique du Sud ou d’un tout autre pays, cela reviendrait moins cher au consommateur. « Pourquoi ne pas aller vers l’importation du poulet. »