Réélu à la présidence du Comité olympique mauricien (COM), Philippe Hao Thyn Voon aspire cette fois à conserver son poste de 3e vice-président au sein de l’Association des comités nationaux olympiques africains (Acnoa). Les autres postulants à ce poste seront la Djiboutienne Fardouza Moussa, présidente de la Fédération de taekwondo, et le Malgache Siteny Randrianasoloniaiko, président de la Fédération de judo.
Philippe Hao Thyn Voon ne s’attend pas à une partie facile, notamment face à la représentante du pays hôte, lors de la 17e session du congrès électif de cet organisme. Une session qui se déroulera dans la capitale djiboutienne du 7 au 11 mai. « Cela s’annonce serré. Il y aura des candidats aux différentes postes à pourvoir », affirme le président du COM.
Il en sera ainsi pour la présidence, où l’Ivoirien Lassana Palenfo, président de l’Union africaine de judo, sera candidat à un quatrième mandat. Il trouvera face à lui le Camerounais Hamad Falkaba Malboun, président de la Confédération africaine d’athlétisme.
Cette session devrait accueillir plus de 250 participants venant de 54 pays. Sont également attendus les représentants du Comité international olympique et des fédérations internationales, les délégués en vue des Jeux Olympiques de la Jeunesse prévus à Buenos Aires l’année prochaine et des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, et des vedettes du sport mondial. Une centaine de volontaires ont aussi été sollicités.
« Djibouti sera la capitale africaine de la flamme olympique, et nous serons tous porteurs de cette flamme. Rien n’a été laissé au hasard afin que cette session soit couronnée de succès », a insisté Faissal Abdourahiman, secrétaire général du Comité olympique djiboutien. Un des items à l’ordre du jour devrait être l’organisation des prochains Jeux d’Afrique prévus en Guinée Équatoriale en 2019.
Pour rappel, la réunion du comité exécutif de l’Acnoa s’était déroulé au Mali en février dernier.