La magistrate Nadjiyya Dauhoo, siégeant au tribunal de district de Mahébourg, a acquitté Mike Nicholas Salvarat, poursuivi sous l’article 248 du code pénal pour acte d’indécence en public. L’accusé aurait exhibé ses parties intimes devant un ex-aide chauffeur.
Déposant en cour, l’ex-aide chauffeur a indiqué que le 26 septembre 2011 alors qu’il rentrait chez lui vers 17 heures il a surpris Mike Nicholas Salvarat s’exhibant. Même si une quarantaine de mètres les séparaient, a précisé le témoin, il a pu distinguer l’accusé qui portait ce jour-là un t-shirt vert et un pantalon gris.
Lors de son contre-interrogatoire, le témoin a par ailleurs déclaré qu’il exerçait toujours comme aide-chauffeur. Or, il devait préciser n’avoir jamais reçu son VRS de la sucrerie Savannah. Il a ainsi avoué avoir été licencié pour une affaire de vol de barres de fer.
Le témoin a aussi reconnu ne pas être en bons termes avec l’accusé qui a épousé sa fille et porté plainte contre son fils. Selon lui, l’incident allégué se serait produit avant le mariage. Il a maintenu que la voie publique était déserte au moment des faits.
Mike Nicholas Salvarat a pour sa part déclaré qu’il se trouvait, le jour et l’heure auxquels le témoin l’aurait vu exhiber ses parties intimes, chez un ami à L’Escalier. Ce dernier a d’ailleurs confirmé les dires de l’accusé devant la cour.
Dans son jugement, la magistrate a déclaré : « the Court is of the view that the version of witness N° 3 is not as reflective of the truth as it would wish the Court to believe. It is difficult to conceive that at 17 h 00 there were no one on the road, for the least this was a disturbing feature in the evidence of witness N°3. »
Pour la magistrate Nadjiyya Dauhoo, soit l’ex-aide chauffeur ment soit il exagère. La version donnée par ce témoin, a-t-elle ajouté, est truffée d’inconsistencies. Elle a ainsi conclu que la poursuite n’avait pas été en mesure de répondre à l’alibi donné par l’accusé et l’a acquitté.