Le moniteur français Jeff Toux a formé pendant une semaine des animateurs de l’APEIM en escalade. Cette activité, qui fait partie de l’encadrement des enfants, s’inscrit dans une démarche à la fois pédagogique et thérapeutique.
Installé depuis deux ans dans le nouveau centre de l’Association de Parents d’Enfants Inadaptés de l’île Maurice (APEIM) à Trianon, le mur d’escalade a été utilisé pour la première fois récemment. Grâce à Jeff Toux, enseignant d’éducation physique basé à Mayotte, 14 animateurs de différentes écoles de l’association ont pu apprendre les bases de l’escalade. « Cette activité vise à développer la motricité et fait partie intégrante de notre pédagogie », explique Lynnsie Putchay, la responsable de sport.
C’est à travers son beau-frère, qui a monté un réseau international pour oeuvrer en faveur du handicap mental, que Jeff Toux a été approché pour cette formation. « Je suis ici en tant que bénévole pour contribuer au développement des enfants avec handicap. C’est une expérience très enrichissante et je suis très motivé », explique le moniteur français.
Le mur d’escalade haut de trois mètres et situé dans le gymnase de l’APEIM est un don de Decathlon Maurice. Il a été spécialement installé pour les activités de motricité. « Mais faute de formation, nous n’avions pu l’exploiter jusqu’ici », soutient Lynnsie Putchay.
Michel, un des animateurs, confie qu’il se contentait de regarder le mur sans pouvoir en faire profiter les enfants. « C’est un grand pas que nous faisons en avant. Jeff Toux nous a appris des bases très solides. Nous avons fait des exercices avec les yeux bandés et les pieds liés, ce qui nous a permis de développer d’autres aptitudes. »
L’escalade offre plusieurs aspects du développement en une seule activité. « On y travaille l’équilibre, la motricité, le mouvement, l’émotionnel, le visuel… », explique Lynnsie Putchay. En d’autres mots, l’enfant y apprend la maîtrise du corps et des émotions.
Toute une préparation psychologique et pédagogique est toutefois nécessaire avant de mettre un enfant sur un mur d’escalade. D’où l’importance de la formation. Jeff Toux ajoute que l’escalade est une activité où l’enfant évolue dans son environnement naturel. Contrairement à la natation, par exemple, car il peut être mal à l’aise dans l’eau. « Le fait d’être dans son environnement le rassure et l’amène à faire des progrès. »
Pour les animateurs, cette activité est aussi un travail d’équipe. Pour pratiquer l’escalade, il faut un grimpeur, un assureur et un contre-assureur. De plus l’enfant, qui avance tout seul sur le mur d’escalade « doit mettre en place une stratégie et choisir quelles prises utiliser ».