Le commissaire des prisons, Vinod Appadoo, estime que les “unsolicited visits” des avocats dans les prisons ont diminué après que l’administration carcérale a instauré certains paramètres.

« Bien avant la publication du rapport Lam Shang Leen, j’ai pris les devants. Un avocat doit faire sa demande de visite à un détenu 48 heures avant, et ce en contactant l’administration de la prison à travers un service en ligne. L’avocat doit remplir un formulaire pour informer l’heure à laquelle il passera et le nom de celui qui a retenu ses services. Si un condamné n’a pas fait appel de sa sentence après 21 jours, il n’y a pas lieu qu’un avocat le rencontre », a expliqué le commissaire des prisons hier lors d’un point de presse à la prison de Beau-Bassin. Vinod Appadoo dit être conscient qu’il y a « des exceptions », comme des affaires d’héritage ou quand il faut loger un affidavit. « Depi ena sa mezir-la, lalis avoka inn diminie drastikman. Mo pa anpes avoka vini, me bizin pena “unsolicited visit” », a-t-il dit.

Il a annoncé plusieurs mesures entreprises par l’administration pénitentiaire « pour que les prisonniers prennent conscience qu’ils ont commis une faute envers la société et qu’ils sont en prison ». Il ajoute : « Ils recevront les “basic needs” dans les prochains jours, à savoir leurs repas trois fois par jour et quelques accessoires comme des vêtements. » Le commissaire des prisons a aussi précisé que l’envoi d’argent par la poste « ne sera plus applicable » à partir du 1er novembre. « Il y a des trafics qui se déroulent à la prison avec de gros bonnets qui utilisent l’argent de manière illégale. En 2013, Rs 6 M sont passées par le “postal money order” et en mai dernier, nous avons ramené ce chiffre à Rs 62 000 », indique-t-il.

Concernant la population carcérale à Maurice, le chiffre est de 70%. Vinod Appadoo avance toutefois qu’il y a « trop de personnes » “on remand”. « Nou pe travay avek zidisier pou gete kouma kapav fer sa bann case-la pass vit », dit-il. Profitant de l’occasion, Vinod Appadoo a aussi informé que certains règlements à la cantine de la prison ont aussi été revus. « Il y avait entre 900 et 1 000 items auparavant sur place. Bizin ena restriksion dan prizon, e pa selman restriksion de laliberte », dit-il. Une des mesures phares concerne l’interdiction de la vente de cigarettes à partir du 1er novembre. « Nous travaillerons en collaboration avec le ministère de la Santé concernant des programmes de sensibilisation pour l’arrêt du tabac », souligne le commissaire des prisons.

Par ailleurs, il a annoncé l’abolition des rites religieux à la prison comme le Cavadee et le Maha Shivaratree, précisant que « cela ne concerne aucunement le temps alloué aux prières ». Idem en ce qui concerne les “special menus” lors des fêtes religieuses.