Photo illustration

L’Air Mauritius Cabin Crew Association, l’Union of Employees of Air Mauritius Ltd et l’Air Mauritius Technical Services Staff Union – trois syndicats regroupant plus de 800 employés de la compagnie nationale d’aviation – revendiquent de faire partie du Creditors’ Committee. Ils justifient cette démarche par le fait que la compagnie aérienne nationale, Air Mauritius, aurait de conséquentes obligations financières vis-à-vis d’eux, notamment en termes d’arriérés de salaires et de paiement d’allocations dues. Il est également question de Pension Liabilities.

Pour la première réunion des créanciers de ce jour avec les administrateurs Sattar Hajee Abdoula et Arvind Gokhool, le conseil légal de ces trois syndicats, Me Robin Mardemootoo, avoué, devrait s’appesantir sur cette revendication en affirmant que les réclamations des membres de ces trois syndicats doivent être prises en compte dans le cadre de cette Creditors’ Meeting.

En effet, selon des recoupements d’informations, plus de 400 employés ont, à samedi dernier, soit à la date butoir du dépôt des revendications des créances, pu faire parvenir leurs réclamations au duo de Grant Thornton. Le reste n’a pu le faire faute de moyens dans cette conjoncture de confinement et de couvre-feu sanitaire. Ils réclament la flexibilité de la part des administrateurs pour qu’ils puissent boucler les procédures relatives dans les plus brefs délais et ce, afin de pouvoir faire partie du comité des créanciers et ainsi surveiller le bon déroulement de l’administration.

Ces employés d’Air Mauritius revendiquent qu’ils sont aussi des créanciers, la plupart réclamant les arriérés découlant de la révision salariale et des conditions de travail agréées en avril 2015 et couvrant la période jusqu’à mars 2018.