Swadicq Peerally, conseiller municipal à Beau-Bassin/Rose-Hill, songe, dit-il sérieusement, à revenir au Mouvement Militant Mauricien, le parti de ses débuts en politique. En rupture de ban avec l’Alliance sociale (Ptr-PMXD-MSD-MR) qui l’a fait élire aux municipales de 2005, il déclare ne pas être « insensible » à l’appel lancé par Paul Bérenger aux anciens militants « qui voudraient revenir ».
Pour le moment, conseiller « indépendant » siégeant au back-bench du Conseil où il passe son temps à contester le maire Norbert Froget et son administration, Swadicq Peerally n’hésite pas à confier à qui l’entend qu’il « est au crépuscule de sa vie et qu’il aimerait bien finir ses vieux jours, même sur le coaltar, au sein du MMM ».
Si son voeu se réalisait, ce ne serait pas, en tout cas, la première fois que Peerally reviendrait au bercail mauve. Il y a… quarante ans, soit le 13 juin 1971, il était parmi les trois premiers membres du MMM à se faire élire au sein d’un Conseil municipal (celui des Villes Soeurs), en compagnie de Dev Virahsawmy et de Rolyn Seeboruth, lors de partielles municipales dans lesquelles son parti massacra littéralement trois candidats de la défunte Union Démocratique Mauricienne (UDM), qui comprenait un certain Raymond Rivet, à l’époque une très forte personnalité politique de Beau-Bassin dont il était, d’ailleurs, le deuxième député. A 24 ans, Swadicq Peerally enleva alors 76,5% des voix et devenait, à l’époque, le plus jeune édile municipal jamais élu dans le pays. Par la suite, une grave divergence l’opposa au MMM en 1973, et il démissionna également de la General Workers Federation (GWF) pour aller aider… Gaëtan Duval, l’ennemi mortel, à mettre sur pieds les Syndicats Populaires, célèbres pour ses « Amazones » (ouvrières décidées de la Zone franche). Swadicq Peerally n’y resta pas longtemps et retourna à ses anciennes amours, forçant Paul Bérenger à dire : « Nous sommes très contents que Swadicq soit revenu après un passage dans le ventre du monstre. »
A la cassure du MMM en 1982, il rejoignit le MSM « pour donner un coup de main à bolom Jugnauth ». Depuis, Swadicq Peerally s’était rapproché de Anil Baichoo et son Mouvement Socialiste Démocrate (MSD). Mais pourquoi avoir également quitté Baichoo ? Selon Swadicq Peerally, « en me réveillant un jour, je devais apprendre que, sans crier gare, sans jamais avoir informé ses membres les plus proches dont je faisais partie, Anil s’est retrouvé membre du Parti travailliste, et moi, supposé être conseiller MSD à Beau-Bassin/Rose-Hill, je n’avais plus de leader ».
Quoi qu’il en soit, bientôt MMM or not MMM, entre Swadicq Peerally et ses camarades de l’Alliance sociale au sein du Conseil de Beau-Bassin/Rose-Hill rien ne va plus !