Malgré la publication à l’officiel depuis samedi dernier des Regulations pour la tenue des prochaines élections dans les 30 arrondissements urbains et les 139 Village Council Areas, le suspense est de mise quant au timing du déroulement de ces deux scrutins. La principale interrogation porte sur la date de ces élections avec des conjectures à l’effet que le gouvernement pourrait privilégier l’élection des 1 170 conseillers de village avant celle des 90 membres des conseils municipaux dans les cinq villes du pays.
Entre-temps, les états-majors des principaux blocs politiques se retrouvent en mode attente jusqu’à la dissolution des conseils existants et la publication du Writ of Election par le président de la République Kailash Purryag. Du côté de la Commissions électorale, les procédures en vue de confirmer la liste des 160 Returning Officers pour les villes et les villages sont enclenchées et des directives émises à l’intention de l’Imprimerie du Gouvernement pour l’impression des nouveaux formulaires faisant partie des règlements promulgués en début de semaine.
Que ce soit dans le camp du gouvernement ou de l’opposition, l’on se dit prêt pour la campagne des municipales, dont l’un des enjeux majeurs tournera autour du contrôle des conseils municipaux de Vacoas/Phoenix et de Quatre-Bornes où l’opposition MMM/MSM tentera un come-back et le Ptr/PMSD est déterminé à conserver sa majorité. Le MMM est donné en ballottage favorable à Curepipe et Beau-Bassin/Rose-Hill sur la base de la performance de l’opposition dans ces régions lors des dernières élections générales.
Au sein de l’opposition, les yeux des observateurs seront tournés sur la répartition des investitures entre le MMM et le MSM dans le cadre du Remake 2000. « Inn deza dir pas pou ena 50/50 pou minisipal dans Remake 2000. Pou get ward par ward pou donn tiket antr MMM ek MSM. Nou bizin met kandida pou gagné », souligne un dirigeant du MMM, qui rappelle qu’un comité comprenant Rajesh Bhagwan, Steve Obeegadoo et Deven Nagalingum pour son parti et Showkutally Soodhun et Nando Bodha pour le MSM s’est déjà attelé à la tâche de constituer la liste des candidats.
Même si l’exercice d’investitures s’avère quelque peu plus compliqué avec le fait que les parlementaires ne peuvent cumuler de mandats municipaux, la Gender Balance de 2/1 et l’impératif pour tout candidat d’être enregistré dans les registres de la Commission électorale pour le ward en question, dans le camp du MMM, l’on affirme que « nou deza arme ! Nou pe atann zot pou netoy zot dan minisipalite partou ».
Dans le camp du Ptr, où le talk est que les élections villageoises se dérouleront probablement avant les municipales, l’on indique que le choix des candidats sur la base des nouveaux critères ne devrait pas poser de problèmes outre mesure. « Le parti comprend un exécutif de 140 membres. Nous avons également une aile féminine. Nous sommes déjà en présence d’une ébauche et la liste sera avalisée par les dirigeants du parti au moment voulu. Pou eleksion minisipal, nou pou atake, nou pena le swa », soutient un dirigeant du Labour dans l’attente de la publication du Writ of Election pour les municipales et les villageoises, qui ont été reportées à deux reprises.
Nouveaux formulaires
D’autre part, la Commission électorale est entrée dans une phase active en termes de préparatifs pour ces élections municipales et villageoises, qui s’apparentent à des générales vu la proximité éventuelle du déroulement de ces deux scrutins. La liste des 160 Returning Officers et des 12 000 fonctionnaires qui seront sollicités pour assurer le bon déroulement de ces élections régionales reste la priorité. Les dernières clearances administratives sont recherchées par la Commission électorale pour cette étape.
Par ailleurs, avec pas moins d’une dizaine de nouveaux formulaires prévus dans les Regulations rendues publiques cette semaine rendant caducs les précédents formats, la Commission électorale a déjà approché l’Imprimerie du Gouvernement pour l’impression dans les meilleurs délais de ces nouveaux documents officiels, dont entre autres des formulaires de candidature aux élections municipales et villageoises, les certificats des partis pour les investitures ou encore la Reserve List de six candidats à être soumise par les partis deux jours après le retrait des candidatures vu l’abolition des élections régionales partielles.
Une première lecture des règlements que ce soit pour les municipales ou les villageoises, d’au moins 150 pages, confirme l’importance accrue de la carte d’identité nationale pour les besoins électoraux. D’abord, les candidats doivent obligatoirement produire leur carte d’identité nationale aux Returning Officers lors du dépôt de candidatures pour les besoins de contrôle. Ensuite, les électeurs qui se rendent aux urnes pour accomplir leur devoir civique doivent impérativement se munir de leur carte d’identité nationale ou toute autre pièce justificative avec photo. L’article 31 des Regulations se lit comme suit : « Every elector desiring to record his vote shall present himself to the presiding officer at the polling station allotted to him and the elector shall state his name and produce, where required by the presiding officer, his National Identity Card or such other document bearing his photograph as may be approved by the Electoral Supervisory Commission. »