Alors que la date de la tenue des élections municipales — un exercice démocratique dû en fait depuis l’année dernière — continue à être jalousement gardée par le Premier ministre, les remous qui ont tout l’air de fin de règne continuent à faire rage au sein de certains conseil municipaux tous entièrement dominés, comme on le sait, par les groupements travaillistes-PMSD depuis 2005.
Au conseil de Quatre-Bornes, la mairesse travailliste Arianne Oxenham semble avoir pris un congé, mais beaucoup de conseillers avouent ne pas en connaître les véritables justifications. Officieusement, ce serait pour des raisons familiales. De son côté, l’unique conseiller PMSD du conseil, Rashid Lotun, a démissionné de l’Executive Council, la nouvelle instance mise sur pied par la New Local Govenment Act avec des pouvoirs étendus afin de traiter des projets municipaux avant leur examen en conseil général.
Lotun a été remplacé par le conseiller Baskhan sans aucune consultation préalable de ses collègues. Et, pour corser la situation, l’adjoint au maire, M. Beedassee s’est, lui, récemment vu dans l’incapacité de constituer trois commissions en raison d’un manque de quorum organisé. Le membre marquant au moment de constituer ces commissions se promenait en fait dans les escaliers… Selon nos informations, pas moins de quatre réunions de travail ont été renvoyées ce mois-ci à Quatre-Bornes. Même la réunion bi-mensuelle générale du conseil pourtant exigée par la nouvelle loi des administrations régionales n’a pu avoir lieu mardi dernier, toujours en raison d’un certain désintérêt.
Au conseil municipal de Beau-Bassin/Rose-Hill, même si ce n’est pas vraiment une surprise par rapport à leur longue dissidence avec le groupement PTR-PMSD-ex MR qui les avait fait élire, les conseillers Jean-Pierre Jean Maurice (PMSD) et Dean Tirvengadum (ex-MR) sont passés au Mouvement Socialiste Militant dans le courant de la semaine. Le MSM ne comptait jusqu’ici qu’un seul conseiller aux villes soeurs en la personne de Reshad Daureeawoo. Les deux transfuges, accueillis à bras grands ouverts par le parti orange, permettent ainsi au MSM de disposer d’un petit trio d’opposition qui bénéficiera, en outre, du soutien objectif du conseiller Swadicq Peerally, en attendant que le MMM, qu’il dit être son parti de coeur, réponde favorablement à son désir, déjà fortement exprimé, d’une réadhésion.
Toutefois, ce n’est pas tellement le retournement de veste des conseillers Jean Maurice et Tirvengadum qui aura été le sujet de toutes les conversations à la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill cette semaine, mais plutôt la suspension de ses fonctions du Chief Executive Officer (équivalent de l’ancien secrétaire de la ville), Rashid Mohit. Cette suspension lui a été signifiée par le secrétaire  permanent du ministère des Administrations régionales et elle aurait trait à une plainte déposée auprès de la police.
Au conseil municipal de Port-Louis, la tension est montée d’un cran lors d’une réunion, mercredi dernier, entre le lord-maire PMSD Mamade Khodabaccus et le conseiller Eshan Joomun (également un transfuge travailliste passé récemment au MSM). M. Joomun, ancien bras droit de la députée travailliste Kalyanee Juggoo dans la circonscription n°4, insistait auprès du lord-maire au sujet de l’achat de rideaux pour le salon mairal en faisant allusion à un déjeuner qui aurait réuni le lord-maire et un commerçant, lequel commerçant s’est ensuite vu octroyer le contrat pour la fourniture des rideaux.
Le lord-maire a vu rouge et a répliqué que le conseiller Joomun aurait dû être la dernière personne à évoquer la corruption car lui-même a déjà été condamné pour avoir tenté de soudoyer un policier qui l’avait pris en contravention pour infraction au code de la route… Le conseiller Joomun avait effectivement été trouvé coupable et condamné en première instance à une peine d’emprisonnement d’un mois. Toutefois, cette peine a été par la suite commuée en services communautaires. « You are disqualified to talk about corruption, because you symbolise corruption here ! » a lancé le lord-maire à son contradicteur.
Vivement les prochaines élections municipales dont le Premier ministre pourrait peut-être communiquer la date à son meeting de la Fête du Travail, mais seulement s’il se sent fort et si le bureau du Commissaire électoral est prêt avec la redéfinition finale des arrondissements municipaux…