Indépendamment du projet de réforme de l’éducation, la situation des collèges privés, faisant face à un manque d’élèves, risque de s’aggraver très vite si l’on se réfère au nombre d’admis en Std I cette année ainsi qu’aux statistiques des années précédentes en matière d’éducation. Ces données révèlent une réduction considérable et constante du nombre d’admis en Std I, se répercutant par la suite à l’admission en Form I dans les six prochaines années. Il y a eu cette année 12 381 en Std I, contre plus de 25 000 il y a 15 ans. Un total de 13 396 élèves sont entrés en Form I cette année alors que le secondaire privé seul admettait 12 500 élèves en 2010. Les dirigeants de la Fédération des managers des collèges privés ont fait part de leur inquiétude à la ministre de l’Éducation lors d’une réunion la semaine dernière. Toutefois, cette dernière leur aurait rassuré « qu’il n’y aura pas de manque d’élèves » dans ce secteur de l’éducation.
« Le problème est sérieux », affirment quelques directeurs de collèges privés subventionnés. « S’il est vrai que le ministère n’est pas responsable de la baisse de la démographie, il faut quand même planifier pour ce secteur à court terme, à moyen terme et à long terme pour savoir dans quelle direction on va. Pour l’heure, la PSSA attend qu’un collège soit dans le rouge pour lui couper la subvention et disperse ensuite les élèves un peu partout. C’est très malsain cette manière de faire », pensent les dirigeants de la Fédération des managers.
Quelques chiffres permettent de mieux comprendre l’inquiétude des directeurs des collèges privés. Selon les Education Statistics, la population scolaire primaire s’établissait comme suit l’an dernier : 15 222 en Std I, 16 245 en Std II, 17 164 en Std III, 17 147 en Std IV et 18 264 en Std V. Le même nombre d’enfants devrait se répercuter sur les Std II à VI cette année. Ces données permettent d’avoir une indication sur le nombre d’admis en Form I dans les prochaines années : 18 264 en 2017, 17 147 en 2018, 17 164 en 2019, 16 245 en 2020, 15 221 en 2021 et 12 381 en 2022.
Selon les chiffres communiqués aux journaux par le service de communication du ministère de l’Education, il y a eu au total 12 381 admis en Std 1 (écoles du gouvernement et “grant-aided schools”) et 13 396 en Form I dans les collèges d’Etat et privés subventionnés. « Quand on regarde les statistiques, il y en avait environ 12 500 en Form I dans les collèges privés en 2005 alors que, cette année, il y en a… 8 031 », disent des officiers de la PSSA. « Il y a dix ans, il y avait environ 22 000 enfants en Form I dans le public et le privé », ajoutent d’autres responsables de collèges.
La population du secondaire est passée de 116 068 étudiants en 2011 à 103 642 en 2015. La baisse est constante : 116 068 (2011), 113 634 (2012), 108 853 (2013), 105 300 (2014) et 103 642 (2015). Valeur du jour, même avec des élèves de la filière Prevocational, des collèges privés n’arrivent pas à faire le plein. C’est le cas, par exemple, dans trois collèges qui sont dans le « rouge ». Des directeurs de collèges privés ne croient pas qu’une éventuelle admission de tous les élèves en Form I dans le “main stream” avec le Nine-Year Schooling, et indépendamment de leurs résultats académiques à la fin du primaire, inverserait la tendance du manque d’élèves. C’est pour cette raison que des managers souhaitent plutôt un plan de fermeture. Ils en font la demande depuis l’époque où Steven Obeegadoo occupait le poste de ministre de l’Education. « Il n’est pas sain d’envoyer des élèves dans des “sinking schools” », disent-ils. Mais un plan de fermeture implique le paiement de compensations aux propriétaires de collèges, ce que redoute le gouvernement.
Leela-Devi Dookun a, lors d’une réunion avec des dirigeants de la Fédération des managers mercredi dernier, balayé d’un revers de la main leurs inquiétudes au sujet du manque d’élèves. « Il n’y a aucune raison de parler de fermeture », leur aurait-elle assuré, en leur promettant de leur donner « très bientôt » des chiffres sur la “school population” dans les années à venir.
Dans le secondaire d’Etat, qui comprend 62 collèges, La Gaulette SSS est le seul établissement avec seulement une centaine d’élèves. On dénombre au moins cinq écoles dans ce secteur ayant entre 500 à 600 élèves, alors que les autres collèges d’Etat nationaux et régionaux comptabilisent un millier d’élèves. Par ailleurs, selon nos informations, le ministère de l’Education serait déjà prêt avec tous les détails pour la mise en oeuvre du projet de réforme. La ministre finaliserait en ce moment son programme de communication à ce sujet.