Les procédures à suivre par les parents pour l’admission en Form I se déroulent depuis 2002 dans les écoles primaires et sous la supervision des chefs d’établissements. En 2015, le ministère de l’Éducation prend la décision « unilatérale » de tenir la première partie de cet exercice pendant les jours de semaine. Mais les Head Teachers des écoles primaires du gouvernement sont contre ce système pour des raisons administratives. Une mise en demeure a été servie en ce sens au ministère.
« This situation is creating severe disruptions in the smooth administration and running of the school classes. » C’est ce que dit la Mauritius Head Teachers Association (MHTA) dans une mise en demeure servie au ministère de l’Éducation la semaine dernière, après que leurs nombreuses requêtes pour trouver « une solution » soient restées sans réponse. Dans cette mise en demeure, redigée par leur avoué, Me Rumesh Posooa, la MHTA énumère les détails des procédures administratives liées à l’admission en Form I au niveau de l’école primaire. Ces tâches, font-ils ressortir, ne font pas partie de leur « scheme of duty » élaboré par la Public Service Commission.
Durant la première étape, les parents concernés doivent venir à l’école pour remplir un “specimen application form” sous la supervision du chef d’établissement, qui est aidé par le personnel administratif. « Parents are to be given detailed information on the procedures to be adopted to decide which college to choose and the order of priority. They have to take their decision in relation to their place of residence and the academic performance of their wards. This exercise must be done very meticulously and precisely », explique la MHTA dans cette mise en demeure.
Cet exercice, selon les protesataires, se déroule pratiquement toute la journée et dépend de la disponibilité des parents. Les va-et-vient ont donc une répercussion sur le bon déroulement de la journée, tant au niveau de l’administration qu’à celui des classes. Car les enseignants des élèves devant entrer en Form I sont souvent sollicités par les parents. « The admission to Form I exercise is still being carried out on normal school days, where all pupils are attending school and all teachers are taken up in their respective classes, and with their day-to-day routine duties. The already very hectic work load of the Head Masters is being substantially increased during normal school days and this is likely to affect adversely the day-to-day running and administration of the schools and will, consequently, affect the pupils as well », cite la mise en demeure.
La MHTA déplore le fait que le ministère de l’Éducation ait ignoré jusqu’ici leur « repeated requests » de trouver une solution. « The ministry turned a deaf ear to the Union’s solicitations, and is making an abuse of the good faith of the Head Teachers », ajoute le syndicat. Dans cette mise en demeure, la MHTA informe le ministère que les chefs d’établissements « are no more in a position to carry out the admission to form I exercise » dans de telles conditions.
La tenue d’une « réunion urgente » est demandée afin que les parties concernées puissent trouver « a suitable solution » au problème. La MHTA prévient le ministère qu’elle se tournera vers d’autres “competent forum” au cas où son appel serait ignoré par les autorités concernées. « You are also notified that in case you should ignore the contents, requirements and exigencies of this present Notice, the Union shall be left with no alternative but to seek redress before the competent forum », soutient la mise en demeure.