Peroomal Veeren

Accusée de « possession of synthetic cannabinoids for the purpose of selling » à la BRC mardi, Zafiirah Ameer n’obtient pas de caution

Zafiirah Khalidah Been Ameer (31 ans), ex-épouse du trafiquant de drogue Peroumal Veeren, a été arrêtée à Vallée Pitôt lundi pour tentative de vente de drogue synthétique. La trentenaire, qui a eu des démêlés avec la police et l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans le passé, était dans le viseur de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU). L’équipe de l’inspecteur Sadasing a appris qu’il y avait souvent quelques attroupements devant sa maison à la rue Alma, malgré cette période de confinement sanitaire.

Après avoir reçu des renseignements que des toxicomanes s’approvisionnaient chez Zafiirah Ameer, la police a perquisitionné sa maison hier soir. Dans l’une des pièces, la police a mis la main sur dix doses de drogue synthétique prêtes à la vente, et un sachet en plastique contenant de la drogue synthétique. De plus, la police a découvert Rs 40 050, somme soupçonnée de provenir de la vente de drogue.

La suspecte a été embarquée aux Casernes centrales et placée en détention sur les instructions du surintendant Azima. Elle n’a pas souhaité donner une explication sur les objets saisis. Elle a été inculpée sous une accusation provisoire de « possession of synthetic cannabinoids for the purpose of selling » à la Bail and Remand Court mardi. Zafiirah Ameer, qui a obtenu son divorce de Peroumal Veeren cette année, était déjà en liberté conditionnelle pour une affaire de drogue remontant à décembre de l’année dernière.

L’Adsu avait saisi 122 doses de drogue synthétique et Rs 1400 chez elle lors d’une fouille. Un habitant de Vallée-Pitôt, qui se trouvait chez elle, a également été arrêté. La suspecte fait l’objet d’une autre enquête policière pour vol en avril 2019. Elle est soupçonnée d’avoir aidé ses complices à commettre un vol par effraction au domicile du propriétaire d’une boutique à Vallée-Pitôt. Des malfrats avaient emporté deux coffres-forts contenant de l’argent et des bijoux. Le préjudice s’élève à Rs 2,5 millions.

Après enquête, la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis avait arrêté cinq suspects dont Zafiirah Ameer. Une partie du butin, estimé à Rs 1M, a même été récupérée chez certains suspects. La trentenaire avait décliné toute implication dans cette affaire, bien que son nom avait été balancé.