Devant l’urgence de la situation dans le cadre du projet visant à faire de Maurice un Aviation Hub pour la région et dans la perspective de la présentation du Budget Speech 2015 au début de l’année prochaine, AML est actuellement en quête d’engagement formel en vue de s’assurer d’un financement de l’ordre de Rs 2 milliards pour les trois prochaines années. En effet, d’ici à 2017, des investissements massifs de Rs 3,8 milliards seront nécessaires pour compléter les projets en cours. Un fait inhabituel : AML se plaint du taux de bail imposé sur les State Lands, jugé excessif, car chaque année, une ponction de Rs 120 millions s’impose à cet item des dépenses.
Tout en donnant la garantie que le projet visant à transformer le Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport en un Aviation Hub pour la région Afrique, AML ne cache ses difficultés financières pour les opérations en cours. La communication adressée au ministère des Finances, dans l’espoir que le budget 2015 aurait été présenté comme d’habitude au début de novembre, fait mention que « one of the key challenges being faced is a finance gap of the order of Rs 600 million annually for the next three years ».
AML identifie une série de facteurs comme étant les causes de ce trou dans ses finances, à savoir les charges de Rs 225 millions exigées par le Central Electricity Board pour alimenter en électricité le Cargo Village de l’aéroport, une enveloppe de Rs 300 millions pour constituer la Land Bank dans le cadre des développements aéroportuaires à venir, le financement à hauteur de Rs 430 millions de la construction de la nouvelle Airport Access Road, la provision d’une somme de Rs 600 millions par an pour le repaiement de la dette contractée auprès de l’EXIM Bank et Rs 120 millions sous forme de bail pour les State Lands allouées.