Des employés de la Mauritius Duty Free Paradise Co. Ltd. (MDFP) sonnent l’alarme ces jours-ci sur la performance au niveau des ventes dans les boutiques hors taxes au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport. L’enjeu des recettes générées par les opérations des Duty Free Shops à Plaisance demeure au centre des préoccupations vu l’affaire des commissions de Rs 100 millions versées dans des comptes bancaires en Suisse au nom de Nandanee Soornack, qui avait pour partenaire d’affaires le dénommé Rakesh Gooljaury. Sous le présent gouvernement de L’Alliance Lepep, le montant de Rs 100 millions revient à l’avant-plan mais cette fois sous forme de baisse du chiffre d’affaires de la Mauritius Duty Free Paradise Co. Ltd. Ces mêmes employés cachent difficilement leurs inquiétudes devant l’absence totale de professionnalisme dans la gestion des produits hors taxes compte tenu des étagères vides pendant des périodes de deux semaines successives.
Dressant le parallèle avec la situation qui prévalait concernant le groupe Dufry de Suisse, exécutant le Management Contract, le personnel de la MDFP regrette de souligner que « for the first time after so many years we have noted a poor sales performance for year 2015 with Rs 100 M less that previous year 2014 ». Certes, pour la majeure partie de l’année dernière, au vu de la controverse des Rs 100 millions de commissions de Dufry à Nandanee Soornack et Navin Ramgoolam, la MDFP était en pilotage automatique sans un Chief Executive Officer (CEO).
Mais la nomination d’un CEO à la fin de l’année dernière a-t-elle apporté un plus aux opérations des boutiques hors taxes ? Aucun, et à en croire les employés, l’équation serait pire. La MDFP aurait connu le pire mois de décembre au regard d’une baisse des recettes de Rs 10 millions. Le mois de janvier dernier n’aurait pas échappé à la tendance baissière car les chiffres officieux indiqueraient une chute de Rs 25 millions en dépit d’une augmentation du nombre de touristes passant par les boutiques hors taxes du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport.
L’une des raisons derrière cette baisse de régime est une absence de politique dans le renouvellement des stocks et dans le choix d’articles de luxe présentés aux voyageurs à Plaisance. À ce chapitre, les employés de la boutique hors taxes prennent pour cible le CEO, présenté comme un « political nominee ». « We observed that the CEO did not care about the figures, not proactive at all, no strategy in progress and ineffective as regards to stock level in shop outlets ». Ils ajoutent que des fois durant deux semaines d’affilée, les étagères sont quasiment vides en faisant comprendre que « at no point in time, have we ever faced such a situation. With the previous management team there were a proper ordering system in place taking into account stock coverage, average weekly sales, lead time, etc ».
En tout cas, les dénonciations des employés de la MDFP rejoignent en substance ce que déplorent bon nombre de passagers passant par le Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport en termes de gammes de produits hors-taxes disponibles. « Unfortunately MDFP is not a gambling or illegal bookmaker business. MDFP is positioned in an international modern airport and meets international duty free standards. This company is a showcase of Mauritius and needs excellent management skills to take the international challenges ahead. Nou panvi nou konpagni vine kuman Waterpark », s’appesantissent les employés craignant de voir cette compagnie emboîter le pas aux Casinos de Maurice et autre Bramer Bank.
En conclusion, la voie pour une relance de cette vitrine de luxe de Maurice demeure un partenariat avec une société internationale. « The contract or partnership with international is a win-win situation. At present, ordering with local suppliers is not profitable… margin is less », soutiennent-ils.