À une question du député Thierry Henry, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a indiqué qu’il y a 25 postes de gréeur (“rigger”) au département de l’aviation civile et que ceux-ci ont été recrutés dans différentes circonscriptions. De la liste énumérée, on constate toutefois que la majorité vient de sa circonscription, comme l’avait souligné le député bleu. Il a précisé que ce sont « les aptitudes qui comptent » et non pas le lieu où résident les candidats.

Dans sa réponse, Pravind Jugnauth a d’abord rappelé que le poste de « rigger » est un travail manuel, faisant partie des « minor grades ». Les personnes recrutées s’occupent de l’installation et de l’entretien des tours, des mâts et des antennes, de même que de toute structure en hauteur jusqu’à 600 pieds et liée à la communication aéroportuaire et la navigation.

Celles-ci se trouvent à l’aéroport SSR, au centre de transmission de Bigara, à Flic- en-Flac, à Grand Baie, à Rodrigues, à Agalega et à Saint Brandon. Pour ce poste, un certificat de fin d’étude primaire suffit. Toutefois, les candidats doivent également passer des tests médicaux et d’aptitudes physiques pour s’assurer qu’ils peuvent travailler en hauteur.
Avec la modernisation de l’Area Control Centre en 2001, a-t-il ajouté, 50 tours et antennes ont été remplacés et quatre nouveaux installés, dont deux à Bigara et deux à l’aéroport. La communication avec les pays de la région se fait dorénavant par satellite, ce qui a mené à une réduction du nombre de gréeurs requis. Actuelle- ment, il y en a dix en poste sur les 11 prévus. Un a été recruté en 2010, cinq en 2016, deux en 2017 et deux en 2018.

À une question supplémentaire de Thierry Henry, qui voulait savoir si la majorité des recrues venait de la circonscription du Premier ministre, celui-ci a énuméré les endroits où ils habitent, à sa- voir Grand-Bois, Quartier-Militaire, Saint-Pierre, Vacoas, Mont-Roches, Rivière-des-An- guilles et Rose-Belle. Quartier-Militaire et Saint-Pierre étant cités à plusieurs reprises, Thierry Henry a alors demandé s’il n’était pas plus approprié de recruter des personnes dans les régions où les postes sont pourvus. Le Premier ministre a déclaré qu’il ne s’agit pas de proximité uniquement, mais qu’ils doivent aussi répondre à d’autres critères, notamment avoir les aptitudes physiques et passer le test médical.