Véritable scène de violence et de panique sur l’aire de stationnement de l’aéroport régional Sir Gaëtan Duval, hier matin, à l’arrivée d’un vol de l’ATR 72 d’Air Mauritius. Un Allemand établi en Australie, Grinne Torsten, âgé d’une quarantaine d’années, qui devait de quitter le terminal, a été sauvagement agressé à coups de harpon et d’une rame tranchante par un ressortissant belge, Dominique Niessen, 45 ans, installé à Saint-François, Rodrigues, depuis une quinzaine d’années. La victime a été admise à l’Intensive Care Unit de l’hôpital Queen Elizabeth II à Crève-Coeur.
L’agresseur, qui a d’abord été placé en cellule policière au poste de police de Plaine-Corail et devait comparaître devant la Bail and Remand Court durant le week-end, a également été admis à l’hôpital après avoir été blessé durant son interpellation par la police.
Les informations glanées de sources autorisées à Rodrigues indiquent que le ressortissant allemand, qui est domicilié en Australie, est arrivé à Rodrigues hier matin en vue de rencontrer sa correspondante et pour finaliser les procédures en vue de leur union prochaine. La jeune Rodriguaise, une dénommée Clarine Tolbize, âgée d’une trentaine d’années et fonctionnaire de l’Administration, habitant La Ferme, se trouvait également à l’aéroport au moment du drame.
Des témoignages recueillis sur place confirment que Grinne Torsten a été attaqué par son rival au moment où il a été accueilli à bras ouverts par sa correspondante de Rodrigues sur le parking. « Mo pena nanyen pou dir », a déclaré au Mauricien la jeune Rodriguaise alors qu’elle se trouvait dans les parages de l’ICU de l’hôpital de Crève-Coeur pour prendre des nouvelles de la victime.
Ceux présents sur les lieux font état d’une violente agression avec l’Allemand grièvement blessé à coups de harpon à la poitrine du côté droit, au cou et au bras. Grinne Torsten aurait opposé une farouche opposition à son agresseur. Des membres du public, venus accueillir d’autres passagers arrivant par ce même vol d’Air Mauritius, seraient intervenus pour mettre un terme à la bagarre qui aurait pu avoir des conséquences encore plus graves.
« Mo ti laeropor. Enn kout, mo trouv de etranze pe galoup derier zot kamarad. Enn la nek so lipie ti may dan fler e li tonb lor Cross Here. Lerla, lot pran so zarm ek li rase pike ek rase pik lot ki inn tonbe-la. Ti ena enn madam ki ti pe rod separe. Li ti pe kriye : arete ! arete ! » déclare ce témoin oculaire.
Devant les appels de la victime, d’autres personnes ont couru pour lui porter secours mais le Belge Niessen ne devait pas lâcher prise. Un des témoins devait prendre des risques personnels pour désarmer l’agresseur avant l’arrivée de la police. Toutefois, il devait continuer à donner des coups de pied à la victime, qui était en sang.
Le motif de cette agression est que Dominique Niessen n’a pas accepté le fait que Clarine Tolbize ait décidé de rompre avec lui pour aller à la rencontre de son correspondant allemand. Depuis le début de la semaine, la jeune Rodriguaise avait annoncé au Belge que l’Allemand allait venir à Rodrigues en fin de semaine et qu’elle allait cesser de le voir.
Dominique Niessen ne devait pas laisser trahir ses sentiments lors de ses dernières conversations avec sa concubine. Tout simplement, il a cherché le maximum d’informations au sujet du rendez-vous à l’aéroport Sir Gaëtan Duval. Il devait préparer son coup avec minutie.
Des témoins ajoutent que le Belge était arrivé très tôt à l’aéroport. « Depi gramatin, li ti dan Fencing laeropor. So lizie pa ti pe bat ditou ek li ti pe get tou pasaze ki inn desann », ajoute l’un d’eux. Et le signal de l’agression a été quand l’Allemand Grinne Torsten a été accueilli chaleureusement par Clarine Tolbize. À partir de là, Dominique Niessen est devenu fou de rage…