Les éléments de la Customs Anti Narcotics Section (CANS) de la Mauritius Revenue Authority (MRA) ont intercepté Maritsoa Fanny Andriambolahasina, une étudiante malgache âgée de 23 ans, qui avait dissimulé Rs 3,2 M d’héroïne dans un préservatif. Elle a débarqué à l’aéroport international SSR dimanche et devait résider dans l’île pour quelques jours seulement.

Se basant sur un exercice de “profiling”, les douaniers ont demandé à vérifier ses papiers avant de la questionner. Ils ont ensuite fouillé son sac et l’ont passé au scanner où rien de compromettant n’a été trouvé. Mais la CANS avait la certitude qu’elle avait de la drogue sur elle et devait alerter l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU).

La police a soumis la Malgache à une fouille corporelle où le préservatif a été retiré de ses parties intimes. Outre une substance marron enroulée dans du ruban adhésif, les autorités ont mis la main sur une carte SIM. Un test rapide a confirmé qu’il s’agissait de l’héroïne. La mule a déclaré qu’elle devait remettre le colis à un contact local à Port-Louis. La police a monté une opération de “controlled delivery” et une voiture s’est pointée pour prendre livraison de la drogue.

Le chauffeur de taxi, Mamad Reza Ramjan, 51 ans, a été arrêté. Il a avoué ne rien savoir sur ce trafic de drogue et qu’il aurait reçu des instructions pour récupérer un colis, ignorant qu’il contenait de la drogue. Le quinquagénaire a révélé le nom du commanditaire qui est activement recherché par la police.

D’ailleurs, l’ADSU multiplie des opérations dans un faubourg de la capitale pour mettre la main sur lui. Entre-temps, rien de compromettant n’a été trouvé lors d’une fouille chez le chauffeur de taxi à Vallée-des-Prêtres. Cependant, son portable et sa voiture ont été saisis pour les besoins de l’enquête. Les suspects ont été inculpés en justice lundi et demeurent en détention provisoire. L’enquête se poursuit sous la supervision du DCP Bhojoo.