La livraison du chantier du nouveau terminal du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport est prévue ce mois-ci, accusant un léger retard par rapport au programme établi en raison de travaux supplémentaires. Dans cette perspective, l’objectif d’Airports of Mauritius Limited (AML) et Airport Terminal Operations Limited (ATOL), société franco-mauricienne constituée pour gérer le nouvel aéroport au cours des cinq premières années est d’assurer un soft opening coïncidant avec les célébrations pour le 45e anniversaire de l’indépendance le 12 mars prochain. Entre-temps, toute la logistique se met en place en vue des tests de simulation aux normes internationales des équipements installés en vue d’une mise en service complète en juillet prochain au plus tard.
La structure du New Airport Terminal se déclinant sous le profil de l’arbre voyageur (Traveller’s Palm) s’installe déjà dans le skyline du Sud-Est de l’île avec en toile de fond fond l’azur de l’océan Indien. Toutefois, cet immense chantier, nécessitant des investissements de l’ordre de Rs 12 milliards, devrait être livré aux autorités ce mois-ci alors que le calendrier initial établi avec les contracteurs de la China State Construction Engineering Corporation Limited misait sur décembre de l’année dernière, soit trois ans après le premier coup de pioche.
Ce contretemps ne devrait influer sur les échéances formelles pour la mise en service du nouveau terminal en ce début d’année. Des consultations ont été initiées avec le Prime Minister’s Office en vue d’une préouverture (Soft Opening) le 12 mars en marge des célébrations du 45e anniversaire de l’accession du pays à l’indépendance et du 21e de la république.
Tout semble indiquer que cette cérémonie inaugurale devra constituer un des highlights du programme des célébrations de la fête nationale. Mais aucune des sources approchées par Week-End que ce soit du côté d’Airports of Mauritius Limited, d’Airport Terminal Operations Limited ou encore à l’hôtel du gouvernement n’a voulu s’aventurer pour confirmer le moindre détail autour de la mise en opération du New Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport.
L’une des raisons principales expliquant le retard accumulé dans la livraison du terminal est l’exécution des travaux supplémentaires « within costs », dont entre autres des structures d’accueil réaménagées à la dernière minute au niveau de la Head of State Lounge à l’aéroport. Entre-temps, le transfert des différents services et du personnel de l’ancien terminal au nouveau se fera graduellement selon un plan établi en collaboration avec tous les stakeholders en vue de faciliter le déménagement et réduire au minimum toute « disruption of services at the airport. »
Avec des facilités modernes et nouvelles et surtout des espaces plus luxueux et élaborés à l’intérieur du nouveau terminal, les loyers et autres frais imposés aux utilisateurs seront révisés à la hausse. Cette situation n’est pas appréciée du côté des opérateurs, qui rechignent déjà face à cette éventualité, mais la majorité se retrouvent dans une situation de « à prendre ou à laisser ».
Toutefois, des habitués des travaux au New SSR Airport Terminal, l’on cite volontiers le cas d’un puissant groupe faisant la pluie et le beau temps à l’aéroport depuis ces dernières années. Les responsables de ce groupe d’affaires avaient initialement soumis leurs spécifications et besoins en espace à être aménagé dans le nouveau terminal. Maintenant que leurs demandes ont été satisfaites, ils protestent contre les loyers réclamés. Ils laissent entendre à la ronde qu’il n’est pas question de se soumettre à ces conditions et comptent aller plus haut pour régler ce contentieux à leur façon avant le démarrage des activités.
Avec la fin du gros oeuvre, l’accent sur les travaux à l’intérieur du terminal est mis sur les installations électriques et informatiques. Des tests et des exercices de simulation devront se succéder en vue de répondre aux exigences des normes internationales de sécurité et des besoins d’expertise et de certification. Cette étape devra être franchie par palier à partir du mois prochain jusqu’à la mise en service de l’ensemble de l’aérogare.
Techniquement, la nouvelle infrastructure aéroportuaire devra être capable d’accueillir 4,5 millions de passagers annuellement, soit une moyenne de 1 640 passagers par heure en période de pointe contre 750 actuellement. Jusqu’ici, le nombre de passagers passant par le SSR International Airport est en moyenne de 2,2 millions par an.
Le terminal couvre une superficie de 57 000 mètres carrés et est doté de facilités d’au moins cinq boarding gates, dont une compatible pour accueillir des Airbus A 380, 52 Check-In Desks pour les passagers en partance, 26 comptoirs d’immigration, cinq carrousels pour la réception des bagages des passagers à l’arrivée et cinq ponts télescopiques pour l’embarquement et le débarquement des passagers.
À l’extérieur du terminal, de nouvelles facilités de parking sont déjà disponibles alors qu’un espace spécial est prévu pour les accompagnateurs des passagers au départ comme à l’arrivée. Le financement de l’ordre de Rs 12 milliards a été assuré par le truchement d’un prêt concessionnaire de 2% sur une période de 15 ans auprès de l’Exim Bank of China.