Le Collectif Pour Justice Amicale a tenu une manifestation pacifique devant la Human Rights Commission hier. La commission, déplore ce regroupement, ne peut pas fonctionner car son board n’a pas été constitué, la nomination de deux assesseurs se faisant attendre depuis deux ans.
Salim Muthy, membre du Collectif Pour Justice Amicale réclame que deux assesseurs soit nommés à la Human Rights Commission. Ce dernier soutient qu’il y une « violation du Human Rights Act » : « Il faut l’avis de la Commission des droits humains pour faire appel. C’est eux qui regardent si les droits humains ont été bafoués ou pas. »