Photo Illustration

Si dans les cas de dopage précédents, le board a été intransigeant et a infligé 12 mois de disqualification aux entraîneurs Shirish Narang, Gilbert Rousset et Preetam Daby, Amardeep Sewdyal a eu plus de chance dans le cas d’Artax. Il a écopé uniquement d’une amende de Rs 150 000 au terme de l’enquête, mardi dernier 26 février. Mes Neelkant Dulloo et Roobesh Ramanjooloo qui représentaient l’entraîneur incriminé, ont été en mesure de convaincre le panel de quelques circonstances exceptionnelles entourant ce cas de dopage au ‘Stanozolol’ d’Artax — un steroid anabolisant — qui avait été découvert en juillet 2018.

L’argument principal était que c’est Amardeep Sewdyal lui même qui avait rapporté dans les plus bref délais, le Mauritius Turf Club lorsqu’il avait constaté que son cheval avait le cou enfl é. Les Racing Stewards ont aussi pris en considération le fait qu’il avait pleinement collaboré que ce soit dans le processus d’acheminement de l’échantillon pour les fi ns d’analyses et durant les différents interrogatoires, ce qui a été considéré comme une preuve de sa bonne foi. Le fait qu’Artax revenait du centre de quarantaine de Palma et qu’il n’était pas entré en course a aussi été considéré.

Le clean record de l’entraîneur durant ses quinze ans passés au Champ de Mars, a aussi fait pencher la balance en sa faveur. En prenant en considération de ces “special circumstances”, le board a décidé de ne pas appliquer en intégralité le règlement 208 (a) (5) et il a infligé une amende de Rs 150 0000 à Amardeep Sewdyal.