La famille Moorar, contestant le Demolition Order d’une partie de sa propriété, à Barkly, était de nouveau devant la juge en chambre Rita Teelock hier après-midi. Elle logera un autre affidavit à l’appel de l’affaire à 11 h 30 aujourd’hui.
L’avoué d’Atmanand Moorar, Me Feroza Moolna, dont les services avaient été retenus hier matin, devait se présenter devant la juge pour faire connaître sa position. Son client, a-t-il indiqué, logera un autre affidavit aujourd’hui à l’appel de l’affaire à 11 h 30. Les autres parties, après avoir pris connaissance de son contenu, décideront de la marche à suivre. Il se pourrait que l’affaire soit entendue ce vendredi.
Rappelons que lundi, alors que l’affaire était “in shape” et qu’il était convenu que les avocats des deux parties soumettraient leurs plaidoiries mercredi après-midi, les hommes de loi de la famille Moorar avaient été pris de court par un nouvel affidavit produit par le ministère des Terres, faisant état d’une lettre que leur avait envoyée Atmanand Moorar, l’un des contestataires. Dans cette lettre, il signifiait son intention de se plier au Legal Notice. Face à ce développement de dernière heure, Mes Rama Valayden, Segaren Veeramundar et l’avoué Kaviraj Bokhoree, qui le défendaient, ont présenté une motion pour ne plus le faire. Ils représentent désormais les intérêts de Vipin et Sharma Moorar uniquement.
Atmanand Moorar a quant à lui retenu les services de Mes Neil Pillay et de l’avouée Feroza Moolna. À la lumière du contenu de l’affidavit d’Atmanand Moorar, les différentes parties prendront une décision. Vipin et Sharma Moorar nient catégoriquement cette information et maintiennent qu’ils ne sont pas des squatters et qu’ils n’ont jamais reçu « any Notice pursuant to section 22 (3) of the State Land Act calling upon me to vacate the land in lite, which I am allegedly occupying as a squatter, within any specified delay ». Sharma Moorar indique d’autre part qu’ils n’ont pas de résidence alternative et que les enfants, actuellement en période d’examens du School Certificate, ne pourront être relogés dans un autre endroit.