Le CEO de Betamax, Veekram Bhunjun, qui répondait déjà d’une charge provisoire d’entente délictueuse dans le cadre de l’octroi du contrat de Rs 10 milliards pour des frets pétroliers à la société Betamax Ltd, a été inculpé sous trois nouvelles charges au tribunal de Port-Louis. Ce dernier a eu à fournir trois cautions de Rs 50 000 et signer trois reconnaissances de dettes de Rs 500 000 pour retrouver la liberté. Il répond de charges provisoires de “bribery for procuring contract”, “influencing public official” et “signing contract without the approval of the Central Procurement Board”.
Le CEO de Betamax est accusé, à titre provisoire, d’avoir soudoyé l’ex-PM Navin Ramgoolam en sa résidence à Riverwalk, Vacoas, entre 2010 et 2012, pour que Betamax obtienne un contrat de Rs 10 milliards pour le transport de produits pétroliers de l’Inde vers Maurice. Le Central Criminal Investigation Departement (CCID) reproche également à Veekram Bhunjun d’avoir proféré des menaces envers Ranjitsing Soomarooah, l’ex-directeur de la State Trading Corporation (STC), en lui disant « kapav fer Ramgoolam fou twa ene bezer et fer twa lev pake alle » en 2009. Le CEO de Betamax est aussi accusé d’avoir signé un contrat sans l’approbation du Central Procurement Board, en violation avec les articles 14 (s) et 60 de la Public Procurement Act. Le CEO de Betamax, qui a dû s’acquitter de trois cautions de Rs 50 000 et trois reconnaissances de dettes de Rs 500 000, fait toujours l’objet d’une interdiction de voyager. L’un de ses avocats, Me Yahia Nazroo, a logé une motion en ce sens afin que l’ordre lui interdisant de voyager soit revu afin que son client puisse se rendre en Inde le 30 novembre. La police ayant objecté à cette demande, l’affaire a été ajournée au 10 novembre afin que la poursuite puisse faire connaître son avis à ce sujet.
Pour rappel, le 12 octobre 2015, Veekram Bhunjun a dû s’acquitter d’une caution de Rs 200 000 et signer une reconnaissance de dettes de Rs 2 millions sous une accusation provisoire d’entente délictueuse. Ce dernier est accusé d’avoir, en 2008-09, comploté avec l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, et l’ancien vice-Premier ministre et ministres des Infrastructures publiques, Anil Bachoo, pour obtenir ledit contrat de Rs 10 milliards pour le transport de produits pétroliers, et ce au détriment d’autres soumissionnaires.