Cehl Meeah, était attendu devant les Cours de district de Port-Louis Nord et Port-Louis Sud. À l’appel de sa comparution devant le tribunal de troisième instance de Port-Louis, le député de la circonscription N°3 et leader du Front Solidarité Mauricien ne s’est pas présenté. Un mandat d’arrêt a été émis contre lui mais levé peu après. Me Raouf Gulbul a dû fournir des explications à la Cour.
Un mandat d’arrêt avait été émis contre Cehl Meeah hier matin par Cour de district de Port-Louis Nord. Le leader du Front Solidarité Mauricien (FSM) était attendu devant la justice, dans le cadre de l’affaire de braquage de la bijouterie Bijoulux, mais il ne s’y est pas présenté. Il est arrivé quelque temps après accompagné par son avocat Me Raouf Gulbul. Il a présenté ses excuses à la Cour. Son homme de loi a fait comprendre que son client ne pouvait être dans deux salles d’audience en même temps. La Cour ayant trouvé ces explications plausibles, a alors levé le mandat d’arrêt contre le politicien.
Le député de la circonscription N°3 a expliqué qu’il était dans la salle d’audience d’à côté (Cour de district de Port-Louis Sud) pour son affaire dans le cadre de l’affaire de la chambre 216 d’un hôtel à Pointe-aux-Piments qui l’impliquait avec une adolescente de 16 ans. Il maintient toujours son innocence dans cette affaire de détournement de mineure. La jeune fille avait toutefois fait part de son « intérêt » pour Cehl Meeah mais lui avait déclaré que celle-ci avait des tendances suicidaires et qu’il voulait uniquement l’aider dans cette « impasse ».
Une charge provisoire de conspiracy et knowingly receiving stolen articles pèse sur le leader des verts. En effet, le 22 août 2005, la bijouterie Bijoulux à Port-Louis est cambriolée. Les pistes mènent les enquêteurs de la Major Crimes Investigation Team (MCIT) vers Hussein Boolakee qui, après son arrestation, implique Cehl Meeah dans l’affaire. Ce dernier aurait reçu une « part du butin ». Il est par la suite arrêté par l’ancien chef de la MCIT, feu SP Prem Radhoa. Cehl Meeah aurait ourdi un complot avec Ramatoolah Hossen et Nawshad Ramchurn pour le vol et aurait reçu des articles volés et Rs 50 000. Le leader du FSM devait payer une caution pour recouvrer la liberté conditionnelle.
Cehl Meeah a également fait une demande, par l’intermédiaire de son avocat, pour faire lever temporairement son interdiction to departure. Il a fait part d’un voyage vers plusieurs destinations d’Europe, l’Afrique du Sud et l’Arabie Saoudite.