Le procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa dans l’affaire Boskalis a été appelé ce matin. La magistrate Wendy Rangan n’a pas accédé à la motion logée par l’avocat de Siddick Chady, Me Said Toorbuth, pour “disclosure of documents”. La défense voulait ainsi prendre connaissance du contenu de la lettre échangée entre le Directeur des poursuites publiques et Me Sanjeev Ghurburrun, le représentant des témoins néerlandais, Jan Cornelius Haak et Antonius Theodorus Johannes Wilhelmus de Goede. Ce courrier concernerait des détails sur leur arrivée et les garanties qu’ils auraient demandées auprès du DPP.
Lors de la dernière séance, Me Said Toorbuth avait logé une motion pour que le contenu de la lettre échangé entre le Directeur des Poursuites Publiques et Me Sanjeev Ghurburrun, qui représente les deux témoins néerlandais. Me Ghurburrun avait écrit au DPP au sujet des deux témoins et le DPP avait répondu. Cette lettre se rapporterait aux détails sur leur arrivée et les garanties qu’ils auraient demandées auprès du DPP. La défense voulait savoir quelles étaient  les communications échangées entre les deux parties pour la présence des deux témoins en Cour. La magistrate Wendy Rangan a rejeté la motion. À noter que le 9 avril dernier,  Me Ivan Collendavelloo avait fait savoir que Jan Cornelis Haak est attendu à Maurice le 15 septembre alors que l’autre témoin sera là le 22 septembre. Les avocats de la défense Me Roshi Bhadain et Me Said Toorbuth avaient tout de suite logé une motion pour contester que le procès soit encore renvoyé et ce jusqu’à septembre alors qu’il pourrait y avoir des changements quant à l’arrivée des deux témoins. Les deux avocats avaient évoqué le nombre d’années que le procès dure et ont plaidé pour un fair trial. Ils avaient ajouté que ces témoins néerlandais étaient supposés être présents en avril et qu’ils avaient donné priorité à cette affaire afin qu’il n’y ait pas de renvoi. Me Roshi Badhain avait de plus souligné que l’immunité qui leur avait été accordée ne devrait plus tenir s’ils ne sont pas présents en cour. La magistrate Wendy Rangan devait rejeté la motion logée par les deux avocats. L’affaire sera de nouveau appelée le 22 mai.
Pour rappel, Chady et Maunthrooa sont poursuivis respectivement pour corruption alléguée et entente délictueuse. L’État reproche à Siddick Chady (ancien député et ministre travailliste) d’avoir « utilisé son poste d’officier public pour obtenir une gratification », en violation de la Prevention and corruption Act (POCA). Prakash Maunthrooa (ancien directeur général de la MPA) est quant à lui accusé de « aiding and abetting the author of a crime », soit d’avoir organisé une rencontre entre Chady et Pieter Boer, représentant de Boskalis, afin de faire bénéficier au premier une gratification.