L’audition via visioconférence du témoin néerlandais Antonius De Goede à repris hier en Cour intermédiaire dans le cadre du procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa pour corruption et entente délictueuse dans l’affaire Boskalis.

Si le témoin néerlandais dit ne rien savoir des accusations qui étaient portées contre la compagnie dans une histoire de pot-de-vin afin que Boskalis obtienne le contrat de dragage du Canal Anglais dans le port, il affirme cependant avoir uniquement eu pour tâche de retirer des courriels dans le système de la firme pour les remettre à la police pour enquête.

À l’heure de l’interrogatoire, Me Nadeem Aullybocus, du panel d’avocats représentant Prakash Maunthrooa, a questionné Antonius De Goede sur son rôle lors de l’enquête lancée sur la firme Boskalis pour une affaire de pot-de-vin pour l’octroi d’un contrat pour le dragage du canal Anglais dans le port en août 2006. Le témoin néerlandais devait indiquer que la police s’était rendue dans les locaux de la firme Boskalis aux Pays-Bas « deux à trois fois avant 2009 et quelques fois après 2009 ». Il a dès le départ soutenu qu’il n’était aucunement concerné par l’arrivée de la police et a de même indiqué que, par la suite, son rôle en tant que responsable de la section informatique de la firme avait été de retirer des emails émanant de deux employés, Angela Kok et Pieter Boer, dans la base de données de la compagnie pour les remettre à la police à Genève et à Maurice. Me Aullybocus devait par la suite interroger le témoin sur les dépositions qu’il a données à la police dans cette affaire.